Santé

N95, KN95, KF94 : ce qu'il faut savoir sur les masques de haute performance

Au début de la pandémie, les masques N95 étaient uniquement réservés aux travailleurs essentiels, étant donné leur rareté. Mais désormais, il est plus facile de s’en procurer et leur haut niveau de protection contre le virus qui cause la COVID-19 peut faire une grande différence dans certaines situations. Voici ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre les distinctions entre les masques/respirateurs N95, KN95, KF94, etc.

Quels sont les masques de haute performance?

Il y a deux ans à peine, il y avait pratiquement uniquement les masques N95 sur le marché. Ces respirateurs existaient depuis longtemps et étaient essentiellement des masques de travail (permettant de se protéger de la peinture, de la poussière, des produits chimiques, etc.).

Depuis le début de la pandémie, d’autres types de masques de haute performance sont apparus : KN95, KF94, CAN99 et autres. Voici ce qui caractérise chacun.

  • Les KN95 sont l’équivalent des N95, mais ils sont faits en Chine. En autant qu’on se fie à certains signes (voir la section plus bas), on peut faire confiance à ce standard.
  • Les KF94 sont, quant à eux, la version coréenne des masques haute performance. Leur forme est légèrement différente des N95/KN95 mais leur niveau de protection est très similaire.
  • Il existe de plus les respirateurs CAN99, qui sont faits au Canada. Ils répondent à exactement tous les critères des N95 et filtreraient même 99 % des particules.

À lire aussi : COVID-19 : 12 excellents masques jetables en stock présentement

Qu’est-ce qui distingue les masques de haute performance des masques de procédure?

Voici les principales différences entre un masque de type N95 et autres et un masque de procédure (masque médical) ordinaire :

  • Les masques de haute performance sont également appelés de « respirateurs », parce que contrairement aux masques de procédure qui procurent simplement un écran pour les gouttelettes de respiration et de salive, ils filtrent l’air et les particules.
  • Les masques de haute performance contiennent toujours 4, voire même 5 épaisseurs. En contrepartie, la grande majorité des masques de procédure ont 3, et parfois même 2 couches. De plus, pour les respirateurs, ces couches sont toujours faites de matériel non-tissé (ce qui ne laisse pas d’espace entre les mailles, même très petites, pour des particules de se faufiler).
  • La technologie derrière ces masques de haute performance réside en un filtre électrostatique. C’est ce filtre qui va capter et emprisonner au moins 94 % des particules dans l’air.
  • Les respirateurs ont de plus toujours une bande rigide sur le nez, pour permettre un meilleur ajustement.
  • Les attaches sur ce type de masque, que ce soit autour de la tête ou des oreilles, sont toujours renforcées et plus solides.

Les masques N95

Bien utilisés, ces masques filtrent 95 % des particules dans l’air, au minimum (dans les tests c’est souvent plus que ça).

Les masques N95 étaient originalement manufacturés par la compagnie 3M, qui les fabriquent encore; toutefois, il existe aujourd’hui d’autres marques qui sont certifiées pour en produire.

  • Ce type de respirateur répond aux standards NIOSH ; cette information ainsi que d’autres données doivent être bien visibles sur chaque masque.
  • Le numéro de lot doit également être visible sur chaque masque.
  • Les respirateurs N95 ont TOUJOURS deux bandes qui s’attachent derrière la tête.
  • Il n’existe PAS de masques N95 pour enfants.
  • La date d’expiration doit être incluse, mais se trouve habituellement sur l’emballage plutôt que sur les respirateurs eux-mêmes.
  • Seuls les masques fabriqués aux États-Unis peuvent s'appeler N95 ; c’est pourquoi les masques fabriqués ailleurs possèdent d’autres certifications, mais qui peuvent être identiques à celle de NIOSH.
  • Les masques N95 ont habituellement une forme plus ronde et bombée.
  • Ces masques n’existent qu’en blanc et en bleu médical.

À lire aussi : Symptômes du variant Omicron : quelles sont les différences entre la COVID-19 et le rhume?

Les masques KN95

Ce sont l’équivalent des N95, mais fabriqués en Chine. Ces respirateurs doivent aussi avoir de l’information imprimée sur chaque masque.

  • Pour ce type de masque, il n’y aura pas de mention de « NIOSH » (qui est un standard américain), mais il faut absolument qu’il y ait la mention du standard en vigueur : GB 2626-2019 sur chaque masque.
  • Le lot et la date d’expiration doivent être présents, mais sont habituellement sur l’emballage plutôt que sur chaque masque.
  • Il existe une version de ces masques pour les enfants.
  • Ces masques ne s’attachent pas derrière la tête, mais autour des oreilles.
  • Les masques KN95 ont une forme caractéristique de « bec de canard », avec un « pli » proéminent au milieu.
  • Ces masques existent en une multitude de couleurs et de motifs.

Les masques KF94

Ces masques sont la réponse coréenne aux respirateurs de haute performance. KF signifie « Korean Filter ».

  • Le standard à rechercher, qui doit être écrit sur l'emballage: KMOEL–2017-64.
  • Ce type de masque s’attache autour des oreilles, parfois avec des bandes ajustables.
  • Ces masques sont toujours vendus emballés individuellement dans leur sac ou dans leur boîte et sont pliés en 3 dans leur emballage (non sans rappeler un peu des protège-dessous).
  • Le numéro de lot ainsi que la date d’expiration doivent être inclus, mais habituellement plutôt sur l’emballage que sur le masque comme tel.
  • Ces masques existent en version pour enfants; d’ailleurs, souvent à cause de leur forme profilée, ce sont ceux que les petits trouvent les plus confortables à porter.
  • Ces masques ont une forme en « 3D », qu’on appelle parfois « en bec de poisson ». Cette forme permet la plus grande respirabilité de tous les masques de haute performance.
  • Il existe plusieurs couleurs et motifs sur le marché.

Les masques CAN99

Au début de la pandémie, une entreprise de la Colombie-Britannique, Vitacore, a voulu pallier à la pénurie de respirateurs N95 pour le marché d’ici, afin de fournir entre autres les travailleurs de la santé qui en avaient cruellement besoin.

Lorsque NIOSH a refusé de certifier leurs masques (puisqu’étant fabriqués en dehors des É-U), l’entreprise a donc travaillé en partenariat avec d’autres instances pour produire un standard propre au Canada, mais qui reproduisait en tous points celui des N95.

Ce type de masque maintenant disponible au grand public filtrerait 99 % des particules.

  • Ces respirateurs s’attachent avec deux bandes derrière la tête.
  • Ces masques sont approuvés par Santé Canada.
  • Contrairement aux N95, ce type de respirateur existe en version pour enfants.
  • Ces masques n’existent qu’en blanc et ont une forme plus arrondie et bombée comme les N95.

À lire aussi : En savoir plus sur Paxlovid, le nouveau médicament contre la COVID-19

Attention à la fraude!

Certaines études ont révélé que plus de 60 % des masques de haute performance étaient en fait frauduleux et ne correspondaient pas aux standards recherchés. C’est pourquoi, si on veut vraiment obtenir le niveau de protection auquel on a droit, il faut savoir reconnaître les signes de fraude :

  • Un masque N95 ou KN95 qui n’a pas d’écriture dessus (avec les standards etc.) est frauduleux.
  • Un masque N95 avec des élastiques qui vont autour des oreilles est frauduleux.
  • Un masque soi-disant N95 pour enfant est frauduleux.
  • Des masques KF94 qui ne sont pas emballés individuellement sont frauduleux.
  • Des masques KF94 fabriqués en Chine sont frauduleux (ils doivent être faits en Corée du Sud pour être authentiques et certifiés).
  • Tous les respirateurs ou masques de haute performance doivent avoir une date d’expiration, puisque le filtre électrostatique perd de son efficacité avec le temps. Toutefois, cette date est habituellement sur l’emballage et non pas nécessairement sur chaque masque. Tout type de masque de haute performance (N95, KN95, KF94, CAN99, etc.) qui ne comporte pas de date d’expiration est donc frauduleux.

Tout est une question de fit!

L’aspect le plus important pour tout type de masque, et même pour les masques de haute performance, est de loin la manière dont ils s'ajustent sur le visage. Même un masque N95 trop grand ou mal ajusté n’apportera pas une bonne protection à la personne qui le porte!

Un masque ouvert sur les côtés ou qui dépasse du visage n’est pas bien ajusté et apporte en fait peu de protection. Même chose pour un masque qui embue les lunettes– un masque bien ajusté ne devrait créer aucune buée. En général, les masques devraient être « un peu serrés » (pas trop, quand même).

Un truc intéressant : les masques, incluant les masques de haute performance, n’ont pas tous des tailles standards. Il est très possible qu’une femme adulte avec un petit visage ou même un garçon adolescent doive en fait porter des masques pour enfants! C’est à essayer en tout cas. Si ce type de masque n’est pas trop serré (au point de laisser des marques) et couvre le visage sans ouvrir, c’est que c’est la bonne taille.

Est-ce que les masques de haute performance (N95, KN95, etc.) sont réellement nécessaires?

Cette réponse est en fait hautement individuelle! Le risque que chacun est prêt à accepter pour essayer d’éviter de contracter la COVID-19 varie en effet beaucoup.

Pour la majorité des personnes complètement vaccinées, dans la force de l’âge et sans vulnérabilités pouvant causer des complications, attraper le variant Omicron ne sera probablement pas sévère. Pour la vie de tous les jours, un simple masque de procédure est donc probablement suffisant dans ce cas.

Toutefois, même une telle personne « à plus faible risque » pourrait vouloir privilégier un masque de haute performance dans certaines situations, par exemple :

  • Dans un aéroport ou un avion, ou encore plus généralement durant un voyage, simplement pour essayer de ne pas faire « dérailler » celui-ci avec un test positif.
  • Durant certaines périodes alors que le fait d’attraper la COVID serait plus dérangeant (peut-être pas tant l’infection en tant que telle mais plutôt la durée de l’isolement nécessaire), par exemple avant un événement ou une occasion importante prévue à l’horaire.
  • Lors d’une visite dans un milieu de soins où le risque de croiser des personnes infectées est plus grand (hôpital, clinique, résidence pour aînés…).
  • Pour protéger une personne vulnérable lors d’un contact avec cette dernière.
  • Lors de grands rassemblements sans beaucoup distanciation, lorsque ces derniers seront à nouveau permis…

De plus, il y aura toujours des personnes pour qui tout faire pour éviter la COVID-19 demeurera une préoccupation importante, et qui donc pourraient vouloir choisir un masque de haute performance en tout temps, par exemple :

  • Les personnes âgées
  • Les personnes immuno-supprimées
  • Les personnes avec une condition de santé qui les rend particulièrement vulnérables à des complications lors d'une infection à la COVID.

Continuez votre lecture :

Consulter tous les contenus de Marie-Ève Laforte