Santé

Symptômes du variant Omicron : quelles sont les différences entre la COVID-19 et le rhume?

Les experts en santé publique du Québec ne cessent de le dire : avec Omicron et son sous-variant BA.2, la COVID-19 a changé. Ce n’est plus la même maladie qu’au début de la pandémie. Par rapport aux autres souches du virus, Omicron a gagné en contagiosité : encore plus de gens ont eu la COVID depuis l'arrivée d'Omicron en décembre 2021 que durant les 21 mois de pandémie précédents! Au moins, parallèlement, Omicron cause généralement aussi des symptômes plus légers*.

Alors comment distinguer les symptômes du variant Omicron de la COVID-19 d’un simple rhume? Ce n’est pas toujours évident, particulièrement dans le contexte actuel où l’accessibilité aux tests PCR est très restreinte dans la province et où il n'est toujours pas si facile de se procurer des tests rapides.

Voici un survol des symptômes à surveiller entre Omicron et le rhume, et ce qu’il faut savoir de la différence entre les deux.

Les principaux points à considérer entre Omicron et le rhume

En plus des symptômes, malgré les ressemblances entre les deux maladies, il existe de petites différences à considérer. Les voici.

  • La rapidité d’apparition des symptômes : avec Omicron la personne devient malade après une moyenne de 3 à 4 jours. Avec le rhume, c’est plus rapide encore : il est possible de présenter des symptômes seulement 10 à 12 heures après l’exposition au virus!
  • Les symptômes cutanés: Omicron peut également causer des symptômes cutanés spécifiques, soit la décoloration de la peau, des éruptions cutanées, de l'eczéma sur la cou ou la poitrine, lèvres gercées et douloureuses et orteils rouges et enflammés. Il va sans dire que le rhume ne cause aucun de ces symptômes, donc ils peuvent suggérer une infection par la COVID à la place.
  • L’exposition est également un facteur important! Si vous savez que vous avez été en contact avec (au moins) une personne qui a reçu un diagnostic de COVID-19, la balance penche plutôt du côté de cette maladie, puisqu’elle est très transmissible.

Par contre, si vous développez des symptômes légers mais que personne d’autre autour de vous (famille immédiate vivant au même endroit, colocataires, etc.) ne développe ces symptômes après plusieurs jours, c’est peut-être une indication qu’il s’agit bien d’un rhume, étant donné que cette maladie est beaucoup moins contagieuse qu’Omicron. Toutefois, en l'absence de test, ceci n’est pas une garantie, bien entendu!

Les symptômes liés à Omicron

Voici les symptômes les plus courants, en commençant par les plus fréquents:

  • Mal de gorge -souvent il s'agit du premier symptôme à apparaître
  • Mal de tête
  • Congestion nasale, avec ou sans nez qui coule
  • Toux (plus sèche au début, peut devenir grasse après quelques jours si les sécretions atteignent les poumons)
  • « Crises » d'éternuements
  • Fièvre
  • Douleurs musculaires et courbatures
  • Sueurs nocturnes
  • Perte d'appétit
  • Symptômes gastro-intestinaux comme la diarrhée et les vomissements.

La perte de l’odorat et du goût survient dans moins de 10% des cas liés au variant Omicron, donc ce n’est plus un symptôme fiable comme ce l’était au début de la pandémie.

Les éternuements, souvent en chaîne et assez « violents », font partie des nouveaux symptômes reliés à Omicron. Ce n'était pas un symptôme classique de COVID auparavant.

Les sueurs nocturnes sont également un symptôme nouveau avec Omicron, et ne sont pas du tout habituels avec le rhume.

La fièvre, habituellement légère, est possible avec Omicron; elle est moins courante avec le rhume.

Le mal de tête (souvent assez intense et inhabituel chez les gens) n’est pas un symptôme courant avec le rhume, mais est très fréquent avec Omicron.

Habituellement, le rhume ne cause pas de grande fatigue ni de douleurs musculaires importantes, qui sont deux symptômes fréquents avec Omicron.

Dans le doute, on s’abstient!

Si vous développez des symptômes qui s’apparentent à ceux d’Omicron/de BA.2, mais que vous n’avez pas le moyen de le confirmer, le gouvernement du Québec demande tout simplement de « présumer » que c’est bel et bien la COVID-19, et donc de s’isoler pendant au moins 5 jours (dans le cas des personnes adéquatement vaccinées). Attention aussi aux tests rapides : ils ne sont pas fiables à 100 % et souvent les personnes testent négatifs pendant les premiers jours de leurs symptômes, pour finalement voir apparaître une ligne positive après 4 ou même 5 jours, alors que leurs symptômes commencent à diminuer. C'est donc plus important de se fier aux symptômes!

Il est également bien important de ne pas s’approcher de personnes vulnérables, de porter un masque en tout temps et de conserver la distanciation.

 

*Il est cependant toujours de mise de mettre des bémols à cette affirmation qu’Omicron/BA.2 « est léger ». Même si c’est le cas pour la majorité des personnes adéquatement vaccinées, dans la force de l’âge et sans facteurs de risques, il peut également causer une maladie sévère chez certaines personnes ainsi que la mort, comme on le constate dans le système hospitalier surchargé ces temps-ci. Une chose est sûre : minimiser ce virus n’a jamais été une stratégie gagnante durant ces presque deux ans de pandémie!

Continuez votre lecture :

Consulter tous les contenus de Marie-Ève Laforte