Santé

Tout savoir sur la 3e dose de vaccin contre la COVID-19

Depuis le 16 novembre 2021, certains Québécois éligibles peuvent recevoir une dose supplémentaire (« 3e dose ») de vaccin contre la COVID-19.

Qu’est-il important de savoir là-dessus? On fait le point.

La 3e dose deviendra obligatoire pour conserver son passeport vaccinal

Au départ, le gouvernement décrivait la 3e dose comme étant facultative. Toutefois, à cause de la propagation très rapide du variant Omicron et de la diminution de l'efficacité des vaccins que ce variant amène, le gouvernement insiste désormais sur l'importance d'obtenir cette 3e dose dès que possible.

Au début janvier 2022, le Ministre de la Santé Christian Dubé a confirmé qu'éventuellement, il sera nécessaire d'obtenir la 3e dose afin de pouvoir conserver son passeport vaccinal. Même si on sait que cette mesure s'en vient, M. Dubé s'est montré rassurant en indiquant qu'elle ne sera pas appliquée avant que tout le monde ait eu le temps de se faire vacciner avec cette dose de rappel.

Quand les Québécois pourront-ils recevoir une 3e dose?

En priorité, voici les populations visées par cette nouvelle mesure de santé publique :

  • Les personnes de 60 ans et plus 
  • Les personnes qui avaient reçu 2 doses du vaccin AstraZeneca
  • Les personnes qui sont immunosupprimées ou qui sont sous dyalise
  • Les travailleurs de la santé
  • Les personnes qui vivent dans des milieux communautaires avec des personnes âgées et vulnérables (centres d'accueil, communautés religieuses, etc.)
  • Les personnes qui vivent dans des communautés éloignées
  • Les femmes enceintes
  • Les personnes qui ont une maladie chronique ou un autre problème de santé qui augmente leur risque de complications liées à la COVID-19.

Une population supplémentaire, soit les personnes âgées qui vivent en CHSLD et en RPA, a déjà reçu la 3e dose de vaccin contre la COVID-19

Toutefois, tout les adultes de plus de 18 ans pourront planifier leur rendez-vous de 3e dose à partir du mois de janvier selon un calendrier diffusé par le gouvernement.

  • 4 janvier : 55 à 59 ans
  • 6 janvier : 50 à 54 ans
  • 7 janvier : 45 à 49 ans
  • 10 janvier : 40 à 44 ans
  • 12 janvier : 35 à 39 ans
  • 13 janvier : 25 à 34 ans
  • 14 janvier : 18 à 29 ans

Les personnes de 60 ans et plus peuvent déjà prendre leur rendez-vous depuis le mois de décembre.

Combien de temps après la 2e dose peut-on avoir une 3e dose?

Pour la population générale, la 3e dose doit être administrée au moins 3 mois après avoir reçu la 2e dose. Cette directive vient d'être abaissée; elle était auparavant de 6 mois. Toutefois, pour certaines populations vulnérables, comme les personnes dialysées ou immunosupprimées, la 3e dose devrait être administrée 4 semaines après la 2e. 

L'arrivée du variant Omicron

Suite à l'arrivée du variant Omicron de la COVID-19, le Comité consultatif national de l'immunisation, qui émet des reccomandations sur les vaccins au niveau fédéral, a modifié ses lignes directrices le 3 décembre. Selons ces recommandations, tous les adultes de 50 ans et plus devraient reçevoir une 3e dose de vaccin contre la COVID-19, et tous les adultes entre 18 et 49 ans pourraient également reçevoir cette 3e dose.

C'est suite à cette recommandation que le Ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a annoncé que la 3e dose sera ouverte à toutes les personnes de 18 ans et plus au Québec. L'Ontario a déjà mis en place cette mesure à partir de la fin-décembre, mais au Québec, les autorités souhaitent laisser d'abord la chance aux personnes les plus vulnérables de se faire vacciner en premier. 

La prise de rendez-vous

La prise de rendez-vous s’effectue, comme pour les 2 doses précédentes, sur le portail de Clic-Santé du gouvernement du Québec.

Quel vaccin est administré en 3e dose?

Cette dose supplémentaire sera administrée avec un vaccin à ARN Messager, la plupart du temps celui de Pfizer-BioNTech ou Moderna.

À lire aussi : Tout ce qu’il faut savoir sur la 4e vague de COVID-19

Vaccin COVID

Pourquoi une 3e dose?

Comme pour tous les vaccins, la réponse immunitaire tend à diminuer avec le temps.

La durée avant que la réponse s’atténue est très variable, et dépend différents facteurs, comme le degré de « mutation » du virus ainsi que la manière dont le corps réagit à ce virus spécifique.

C’est pourquoi les enfants et les adolescents reçoivent des « rappels » de leurs vaccins pédiatriques et pourquoi il est recommandé à certaines populations de reçevoir tous les ans le vaccin contre la grippe par exemple.

Pour les vaccins contre la COVID-19, étant donné qu’ils ne sont approuvés que depuis moins d’un an, les données à plus long terme sur l’atténuation de la réponse immunitaire ne sont pas encore disponibles.

Mais les données existantes sur la réponse immunitaire 6 mois après la 2e dose indiquent que celle-ci tend à diminuer, selon les populations et selon les vaccins reçus. 

Et ces données révèlent que certains groupes de personnes développent moins d’immunité et/ou qu’elles sont plus vulnérables à subir des complications de la COVID-19. La 3e dose vise donc à redonner un « boost » à leur réponse immunitaire, dans le but de les aider à mieux se défendre contre ce coronavirus.

Dans le cas de ceux qui ont reçu deux vaccins Astra-Zeneca, la réponse immunitaire semble d’emblée diminuer plus vite que pour ceux qui ont reçu au moins un vaccin ARN. C’est pourquoi ces personnes sont désormais éligibles à la 3e dose, peu importe leur âge.

Qu'en est-il des personnes de moins de 18 ans?

Le cas des adolescents et des enfants demeure à part ; ces populations ont habituellement une réponse immunitaire naturellement très forte, et potentiellement plus durable. Il est possible que les plus jeunes n’aient pas besoin de ce rappel de vaccin (sous toute réserve!).

Et si on vient d'avoir la COVID?

En date du 12 janvier 2022, le gouvernement a indiqué que désormais, il serait possible de recevoir une 3e dose dès la fin des symptômes de la COVID-19. 

Auparavant, il fallait attendre un certain nombre de semaines entre l'infection et le vaccin, mais ce n'est plus le cas maintenant. Les personnes qui se présentent à leur rendez-vous de 3e dose "dès que leur maladie sera résolue".

Peu importe s'il y a eu un résultat positif entre les 2 doses ou pas, le délai d'au moins 3 mois entre la 2e et la 3e dose est maintenant, toutefois.

Est-ce que le vaccin contre la COVID-19 deviendra un vaccin annuel, comme pour la grippe?

La COVID-19 est encore « trop jeune » pour le savoir avec certitude. Dans les prochaines années, des données sur l’immunité ainsi que l’évolution du virus pourront permettre d’établir les meilleures pratiques pour protéger la population le mieux possible (et éviter les surcharges du système de santé).

Continuez votre lecture :

Consulter tous les contenus de Marie-Ève Laforte