Sexualité

Tout savoir sur le cunnilingus

Par :

On te parle de cunnilingus sans tabou et on te glisse des idées à essayer pour la prochaine fois!

La pratique du sexe oral est vieille comme le monde (incluant celle de la fellation) et on en trouve même des preuves dans certaines fresques paléolithiques! Il s’agit d’un acte sexuel que l’on observe dans pratiquement toutes les cultures du monde, ainsi que chez plusieurs espèces animales. Alors il n'y a pas de gêne à apprécier le cunni! Tour de piste.

Laissons faire les tabous!

La religion chrétienne, bien entendu, condamnait cette pratique. D’abord comme moyen de museler le pouvoir et le plaisir des femmes (oui, ceci était complètement misogyne!), mais aussi car le cunnilingus était, selon l'Église, contraire au « rôle traditionnel de la sexualité », c’est-à-dire d’assurer la procréation uniquement.

D'ailleurs, presque toutes les religions monothéistes perçoivent le plaisir sexuel comme étant un péché, un vice.

Sauf que… Même du point de vue de la reproduction, la religion avait tort! Des chercheurs ont depuis démontré que permettre aux femmes d’atteindre l’orgasme par le cunnilingus aide le sperme à progresser jusqu’à l’utérus grâce aux contractions que cela provoque, augmentant ainsi les chances de concevoir. Donc le cunni, en plus de faire frissonner de plaisir, a bel et bien une fonction évolutive pour l’humain!

Bien sûr, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c'est la fonction de plaisir du cunnilingus, ainsi que la connexion que ce plaisir partagé peut créer entre les partenaires.

Des expressions comiques

Comme pour pratiquement tout ce qui touche à la sexualité, parler franchement du cunnilingus était souvent difficile, ce qui a donné lieu à une foule d’expressions très imagées et ludiques. En voici quelques-unes, à placer dans ta prochaine conversation sexu :

  • Descendre au barbu (datant d’avant la mode de s’épiler les parties génitales, bien sûr!)
  • Prendre l’hostie à la chapelle (beau contournement des interdits religieux!)
  • Goûter à la corne d’abondance
  • Pratiquer une tyrolienne
  • Mettre la tête à l’étau

Bon, tu peux toujours inventer ta propre expression, histoire de passer incognito la prochaine fois que tu suggères un cunni!

À lire aussi : 10 bienfaits de la masturbation 

Prendre le temps d’explorer, d’essayer et de s’ajuster avec enthousiasme et humour, c’est la clé d’un cunni réussi.

Quelques mythes sur le cunni à déboulonner

L’aspect tabou du sexe oral (et encore plus quand ça concerne le sexe féminin) accole plusieurs mythes au cunnilingus, qu’il est intéressant de questionner.

  • Ne pas arriver à l’orgasme par le cunnilingus signifie que quelque chose cloche

Non! Les relations sexuelles devraient être une manière d’échapper momentanément à toutes les pressions du quotidien, pas être un stress supplémentaire. Certaines personnes n’arrivent pas à l’orgasme de cette manière et c’est tout! Rien d’anormal là-dedans. Bye bye la performance!

  • C’est absolument primordial d’avoir une vulve parfaite : épilée, qui sent toujours bon, dont les lèvres ne dépassent pas, etc.

L’hygiène corporelle de base a toujours cours, et ce, pour toutes les pratiques sexuelles. Mais pour le reste, attention encore une fois à la pression supplémentaire inutile. Ton odeur est parfaitement normale (à moins d’avoir une infection, bien sûr). Et aucun.e partenaire ne va comparer ta vulve à une autre pendant l’acte ou porter un jugement sur celle-ci! Si c'est le cas, amuse-toi avec une autre personne!

  • Seule la stimulation clitoridienne est importante durant le cunnilingus

Certaines personnes préfèrent une stimulation du clitoris assez directe et intense. Pour d’autres, l’excitation provient plutôt de la douceur. Et d’autres adorent une stimulation multiple : grandes et petites lèvres, seins, vagin, anus… Il n’y a pas non plus que la langue qui peut servir au cunni! N'hésite pas à questionner les préférences de la personne sur qui le cunni est pratiqué et à saupoudrer le tout de surprises agréables...

Comment faire un bon cunnilingus?

Le principal pour faire un bon cunnilingus, c'est d’en avoir envie et de prendre plaisir à donner du plaisir! Oui, ça semble simple dit ainsi, mais l'exercice en vaut la peine. Il ne faut pas non plus avoir peur de donner des indications à son/sa partenaire ni s’offenser de reçevoir ces indications.

Une personne qui sait exactement ce qui lui plaît et qui n’a pas peur d’exprimer ses besoins, c’est très, très sexy. Chaque clitoris est différent alors assure-toi d'indiquer ce que tu aimes et de demander comment stimuler le corps de l'autre.

C’est possible qu’une personne ait besoin de temps avant de ressentir l’excitation sexuelle et d’atteindre l’orgasme par le cunnilingusl! Il ne devrait pas y avoir de chronomètre à une relation sexuelle. Prendre le temps d’explorer, d’essayer et de s’ajuster avec enthousiasme et humour, c’est la clé d’un cunni réussi.

À lire aussi : Comment faire une bonne fellation?

Des idées pour pimenter ton cunnilingus...

  • Ajouter de la nourriture (la crème fouettée reste un grand classique)
  • L'effet chaud-froid (selon le seuil de tolérance et de plaisir ; on peut boire quelque chose de chaud ou de froid pour ajuster la température de notre langue.)
  • Le faire sous la douche 
  • Utiliser un lubrifiant stimulant
  • Essayer de boire ou de manger certains aliments avant (tisane aux agrumes, ananas frais, etc.) qui sont réputés pour parfumer les fluides corporels. Et ce dans un but de jeu et de surprise pour le/la partenaire, et non pas pour masquer la honte de ta propre odeur - qui est parfaitement correcte, on le répète!
  • Introduire des jouets sexuels à l'acte (les sex toys avec succion sont particulièrement efficaces pour faire du bien au clito, ça peut être un bon accompagnement!)
  • Varier les positions (plutôt que toujours être étendue sur un lit, pourquoi ne pas essayer d'être au-dessus du visage du partenaire qui fait le cunnilingus?)

Pas question de te forcer

Comme toute autre pratique sexuelle, le cunnilingus se fait bien sûr entre deux (ou plus!) personnes consentantes. Et personne ne devrait se sentir obligé de pratiquer le sexe oral. L’important demeure de garder une bonne communication et une connexion authentique entre les partenaires.

Toutefois, étant un acte qui peut procurer beaucoup de plaisir (par ailleurs souvent difficile à obtenir autrement), si tu ne te sens pas du tout à l’aise, ce serait peut-être une bonne idée de te questionner sur les raisons qui ont mené à ce blocage pour les cunnis. La sexualité, c’est avant tout dans la tête que ça se passe…

Alors est-ce la gêne, la honte, le dégoût, la peur de ne pas « performer » à ce niveau, des expériences passées désagréables, une certaine éducation conservatrice? Ce serait intéressant de te poser la question et d’essayer de comprendre pour mieux surmonter cette barrière. Et ce, dans une optique d’accueillir ta sexualité et de travailler sur toi comme être humain.

Vive le plaisir!

Noovo
Par :