Famille

Comment transmettre une image corporelle saine à son enfant?

Quand on devient parents, ça vient avec son lot de responsabilités, on le sait tous. Beaucoup de responsabilités de type organisationnel, comme s’assurer qu’ils mangent trois repas par jour, qu’ils aient des vêtements propres chaque jour, qu’ils évoluent dans un environnement sécuritaire, adapté à leur âge, etc. 

Mais au-delà des tâches quotidiennes de base, on est aussi responsables de leur donner le meilleur encadrement possible pour qu’ils deviennent des adultes heureux, confiants et épanouis. Je parle, entre autres, de leur transmettre les bons messages afin que les jeunes développent une image corporelle saine.

Dès le plus jeune âge, on doit les accompagner de façon bienveillante à apprendre des notions émotionnelles et affectives et c’est parfois ce bout-là qui est plus difficile pour certains parents. Il faut être bien outillé comme adulte pour être en mesure de bien comprendre l’impact que nos mots et nos actions peuvent avoir comme conséquence sur nos petits à long terme. 

L’image corporelle chez les enfants

Aujourd’hui, je vous parle plus spécifiquement de l’image corporelle chez les enfants. Comment faire en tant que parents pour s’assurer que nos enfants aient un rapport sain avec leur corps

J’ai eu envie de parler avec une experte à ce sujet, la psychologue Charlotte Gamache, que je suis depuis quelque temps sur les réseaux sociaux. J’adore son approche et ses pistes de réflexion avec des exemples concrets, alors je lui ai demandé de nous partager 4 conseils pour nous aider, les parents. Les voici : 

1. Évitez d’émettre des commentaires au sujet du poids

Que ce soit le vôtre, celui de votre enfant ou de n’importe quelle autre personne.

La raison est simple : ce genre de commentaires suggère à votre enfant que le poids, c’est important et qu’il devrait s’en soucier. Plus encore, cela peut aussi leur donner l’impression que vous avez des attentes à son sujet concernant son poids et son allure physique.

À lire aussi : La grossophobie, c'est quoi?

Exit donc les « oh la la, j’ai pris du poids, je dois faire attention » ou « l’as-tu vu? Elle a donc bien engraissé durant la pandémie ». On garde ces commentaires-là pour soi!

Cette recommandation se décline en plusieurs autres :

  • Ne vous pesez pas devant votre enfant.

  • Ne regardez pas les calories d’un aliment devant lui.

Plusieurs parents complimentent l’apparence physique de leur enfant dans le but de l’aider à se sentir bien dans son corps. Hélas, ce n’est pas une bonne stratégie!

Gardez en tête que votre enfant sera exposé à des modèles de beauté filiformes, des publicités de perte de poids, des discussions autour du poids, de la corpulence, etc, durant toute sa vie. Veillons donc à ce qu’il évolue dans un foyer qui, lui au moins, ne valorise pas ces attributs!

Enseignez-lui plutôt à prendre soin de sa santé et de son corps parce que ces derniers sont des plus précieux, pas pour des raisons esthétiques.

2. Valorisez votre enfant pour qu'il EST

Plusieurs parents complimentent l’apparence physique de leur enfant dans le but de l’aider à se sentir bien dans son corps. Hélas, ce n’est pas une bonne stratégie!

Malgré leurs bonnes intentions, cela enseigne à l’enfant que l’apparence physique c’est très important, que c’est une qualité importante en relation (puisque vous semblez l'apprécier particulièrement).

Il faut savoir que le cœur du problème, lorsqu’on parle d’image corporelle négative, est la sur-importance accordée à l’apparence physique. Aidez votre enfant en ne parlant que rarement de beauté physique!

Encouragez-le ou encouragez-la plutôt à découvrir et apprécier ce que son corps est capable de faire. Par exemple : « t’as vu comme ton bobo a bien guéri, c’est extraordinaire ce que ton corps peut faire! ».

Puis, veillez à valoriser la personne que votre enfant EST et non ce dont il ou elle a l’air. Voici des exemples :

  • « J’adore ton imaginaire »

  • « Tu me fais toujours rire avec tes blagues »

  • « J’aime entendre tes histoires »

  • « Tu as été très courageux/courageuse aujourd’hui, bravo »

3. Évitez les stéréotypes de genre

Les stéréotypes de genre nuisent à l’image corporelle de votre enfant.

À lire aussi : L’éducation non genrée démystifiée : à bas les stéréotypes!

Ces stéréotypes associés aux genres sont toutefois bien répandus dans l’univers des enfants : émissions, jouets, vêtements, etc. Il suffit de penser aux figurines féminines, comme les Barbies, les poupées et aux figurines masculines, comme celles de superhéros. 

Les deux offrent une exagération des attributs physiques idéaux pour chacun des genres: La Barbie est mince, a une taille fine, de longs cheveux, des accessoires dits féminins etc. Le super héros, quant à lui, a une musculature excessivement développée et une expression faciale de toute puissance.

Malheureusement, cette représentation toxique des genres se décline à la télévision, dans la littérature jeunesse et parmi plusieurs types de jouets. Remarquez que même les rôles féminins plus inspirants comme Rebel ou la Reine des neiges incarnent des idéaux physiques irréalistes (très mince, taille fine, petit nez, etc.).

Privilégiez donc les univers non genrés : des toutous d’animaux, des couleurs non stéréotypées, des personnages de garçons et de filles qui sont différents de ce qui est traditionnellement attendu selon leur genre. Vous rendrez un grand service à votre enfant!

Vous pouvez lui faire observer que certaines silhouettes dans ses livres sont irréalistes [...] Que certains personnages de ses films préférés sont très réducteurs de ce qu’un garçon ou une fille peuvent être.

4. Aidez votre enfant à développer un regard critique à l’égard des modèles de beauté véhiculés par la société

Parce que votre enfant évolue dans une société qui peut parfois être hostile au bon développement de son image corporelle, il est important de l’aider à développer son regard critique. Cette habileté agira comme une sorte de bouclier.

Vous pouvez, par exemple, lui faire observer que certaines silhouettes dans ses livres sont irréalistes et n’existent pas dans la vraie vie. Que certains personnages de ses films préférés sont très réducteurs de ce qu’un garçon ou une fille peuvent être. Que ces messages sont mauvais parce qu’ils donnent l’impression qu’il faut être et agir d’une certaine façon ou bien que notre différence est indésirable.

N’hésitez pas non plus à transmettre des valeurs féministes à votre fille et à votre garçon aussi! Celles-ci sont reconnues pour protéger l’image corporelle des femmes.

À lire aussi : 4 façons d’encourager la confiance en soi des enfants

Un sujet qui mérite réflexion!

C’est tellement intéressant, n’est-ce pas? Un immense merci à Dre Gamache pour son généreux apport et ses réflexions détaillées sur le sujet. Cela confirme que tous les petits commentaires anodins peuvent avoir un grand impact sur nos enfants à long terme. Ça vaut la peine d’y réfléchir.

Pour de nombreux parents, ça peut être difficile d’accompagner son enfant dans le développement d’une image corporelle positive lorsqu’on a soi-même une relation compliquée avec son corps. Réaliser un travail sur sa propre image corporelle permet souvent de mieux épauler son enfant par la suite dans ce précieux apprentissage. 

Si vous êtes curieux et curieuses de découvrir comment on peut faire ça, on vous recommande d’aller jeter un œil au programme de Dre Gamache En paix avec mon corps. Et si vous voulez approfondir vos lectures sur le sujet de l’image corporelle, je vous invite à la suivre sur sa page Instagram, @meilleursjours.