Bien-être

Comment agir avec tes proches qui refusent encore de se faire vacciner?

On va d’abord se féliciter collectivement : au Québec, on a quand même réussi, en 6 mois environ, à obtenir un des taux de vaccination les plus élevés au monde. Avec 85,5 % de la population éligible (tout le monde de 12 ans et plus) qui a reçu une dose et 76,6 % de cette même population qui est pleinement vaccinée, on obtient un excellent score. Certainement bien meilleur que celui des États-Unis, qui vivent actuellement une 4e vague cauchemardesque –pas étonnant, avec une dizaine d’états qui affichent moins de 41 % de gens complètement vaccinés.

Le rang des personnes qui ne sont toujours pas vaccinées à l’heure actuelle diminue tranquillement au Québec ; certains ont été échaudés par l’arrivée imminente du passeport vaccinal et certains se sont laissés rassurer à la longue. Chose certaine, les raisons de refuser le vaccin contre la COVID-19 sont multiples et tous ne sont pas les complotistes qui polluent systématiquement les réseaux sociaux à l’heure actuelle.

Si tu as, parmi tes proches, quelqu’un qui ne veut toujours pas se faire vacciner et que tu ne sais plus comment réagir ou quoi lui dire, voici quelques pistes pour essayer de le convaincre.

1. Informe-toi bien sur les faits

Tout change très rapidement durant cette pandémie, il y a très peu de certitudes. Pour inspirer confiance à ton proche, c’est important de bien connaître ce qu’il en est : les vrais pourcentages, les mesures sanitaires exactes, etc.

2. Pose des questions

Tu peux par exemple lui demander quels sont ses inquiétudes particulières ou qu’est-ce qui le fait douter. Ces questions devraient être plus ouvertes (plutôt que des questions dites fermées auxquelles on répond par « oui » ou par « non »), pour mieux essayer de cerner sa pensée. Tu pourras ensuite concentrer tes arguments en ce sens.

3. Écoute d’abord

Même si tu as envie d’interrompre la personne ou de la contredire sur le champ, prends le temps de bien écouter tout ce qu’elle a à dire. Laisse-là exprimer sa frustration et ses incertitudes. Beaucoup plus de gens qu’on pense ont perdu confiance envers les autorités (incluant les gouvernements et/ou la santé publique) et ont de bonnes raisons pour ça (selon leur perspective en tout cas).

Montre-lui que tu l’entends réellement dans ses préoccupations.

À lire aussi : COVID-19 : tout sur le variant Delta

4. Laisse faire le jugement ou le ridicule

Rire de quelqu’un pour ses opinions n’a JAMAIS été un bon moyen d’assurer une bonne communication. Encore moins sur ce sujet qui est devenu si sensible et si polarisé. C’est le temps d’aiguiser ta patience, de démontrer uniquement de la bienveillance et d’exprimer à la fois ton soutien et ton affection.

Même si les arguments de la personne te font sourciller ou t’énervent tellement ils sont farfelus, c’est beaucoup mieux de rester calme si tu veux arriver à quelque chose.

5. Adresse la peur

Souvent, les arguments de ceux qui refusent la vaccination ne sont pas rationnels, ils sont plutôt hautement émotifs. Essaie de mieux comprendre ces sentiments, la plupart du temps de la peur et de l’anxiété. Tu peux aussi tenter de faire réaliser ces sentiments à la personne en question. Prendre conscience du mécanisme et pouvoir en parler pourrait déclencher quelque chose chez ton proche.

6. Dirige-le vers de bonnes sources

Les endroits où ton proche prend son information ou les personnes à qui il fait confiance sont peut-être très discutables. Tu ne peux pas contrôler sa vie en ligne mais tu peux par contre t’assurer qu’il connaît les sources fiables d’information, par exemple Santé Canada ou le gouvernement du Québec.

7. Parle de tes propres émotions et préoccupations

Un argument qui risque d’atteindre ton proche beaucoup plus que tous les autres, c’est certainement celui qui exprime ton point de vue sur la situation et la manière dont ça t’affecte.

Par exemple, tu peux dire que ça t’inquiète beaucoup qu’elle ne soit pas vaccinée, parce que le variant Delta est tellement contagieux et que tu as peur des complications (ne serait-ce que la COVID longue durée).

Tu peux aussi lui dire que ça t’attriste de la voir « s’exclure » de tant d’endroits et d’activités, avec le passeport vaccinal, que tu préférerais grandement la voir suivre la majorité et mettre cela derrière elle, entre autres pour pouvoir en profiter avec elle.

8. Reste honnête par-dessus tout!

C’est important de parler aussi des faits moins « positifs » par rapport à la COVID-19, par exemple que les vaccins protègent moins bien qu’on pensait au départ et qu’ils sont associés à certains risques rares). C’est aussi mieux d’admettre que c’est impossible de prédire certaines choses… Par exemple, à quel moment on pourrait atteindre l’immunité de masse ou quand la pandémie va s’arrêter.

9. Laisse-lui le temps

Si la personne a résisté à la vaccination pendant tout ce temps, elle ne va probablement pas changer d’idée en quelques minutes. Mais l’important est de garder le contact et d’inspirer confiance. La personne va poursuivre son cheminement et quand elle sera prête, elle pourra revenir vers toi, pour des questions ou plus d’information.

À lire aussi : Rentrée scolaire 2021 et mesures sanitaires : tout ce qu’il faut savoir

10. Rappelle les avantages

Si la personne n’est pas sensible aux arguments collectifs, elle peut quand même l’être pour les avantages individuels : voyager (même à l’intérieur du pays), pouvoir accéder à tous les lieux et activités visés par le passeport vaccinal, mais aussi et surtout pouvoir recommencer à se côtoyer et se rassembler, avoir beaucoup moins de chances d’attraper la COVID-19 ou d’en souffrir, etc.

Tu as aussi le droit de laisser tomber

C’est évident que parmi les gens qui ont répondu à l’appel et se sont fait vacciner, il y a une lassitude grandissante face à la pandémie qui s’éternise et surtout face à ceux qui en refusant le vaccin, « retardent le groupe » et nous empêche d’obtenir la fameuse immunité collective.

Alors bien sûr que c’est important de conserver la civilité et le respect, mais si tu fais partie de celles et ceux qui n’ont « juste plus l’énergie » pour dealer avec ça ou qui ont complètement perdu leurs illusions, c’est correct de te rappeler que tu n’as pas besoin de le faire non plus.

C'est un gros travail émotionnel si tu as lancé tous tes arguments sans aucun résultat, et tu as tout à fait le droit de te tourner de bord et de simplement reprendre ta vie!

Et si tu as encore l'énergie de mener ce genre de discussions avec les non vaccinés de ton entourage, bonne chance.

À lire aussi :