Sexualité

3 trucs que j’aurais aimé savoir sur le coming-out

Par :

Si on m’avait dit qu’à l’âge de 20 ans je serais toujours aussi mélangée face à mon orientation sexuelle, je n’y aurais jamais cru. C’est pourquoi aujourd'hui j’ai envie de vous partager trois trucs que j’aurais aimé savoir lorsque j’ai fait mon coming out

Petit retour en arrière : j'ai fait mon coming out à 16 ans à travers une vidéo Youtube dans laquelle j’expliquais à l’époque que je souhaitais ne pas mettre d’étiquette sur les personnes vers lesquelles j’étais attirée ou dont je tombais amoureuse. 

J’expliquais même que l’idée de devoir faire un coming out était un concept auquel je n’adhérais pas vraiment. 

Aujourd’hui, je ne souhaite toujours pas me mettre d’étiquette, je me pose toujours autant de questions et je réalise également que faire mon coming out a été un des plus grands tournants pour ma confiance et mon acceptation envers moi-même.  

Voici trois conseils qui pourront vous être utiles.

Gloria Bella

1. Non, vous n’avez pas besoin de vous étiqueter à tout prix 

C’est normal d’être incertain.e et de se poser des questions.

C’est possible aussi que votre orientation sexuelle soit très claire pour vous, mais si ça ne l’est pas, ne vous mettez surtout pas de pression supplémentaire...

Ça peut être intéressant de l’expliquer à vos proches si vous en avez envie et d’être transparent.e avec eux sur comment vous vous sentez dans cette situation et en ce moment.

De plus, vous poser des questions n’invalide en rien votre processus. Selon moi, l’essentiel du coming out, c’est qu’il vous représente tel que vous êtes. Accueillez-vous sans jugement!

À lire aussi : Bisexualité et pansexualité : c’est quoi la différence?

2. Votre orientation sexuelle peut être fluide

Ce n’est pas parce qu’aujourd'hui vous vous identifiez à une catégorie X que celle-ci ne peut pas changer à travers le temps. 

Au jour le jour, l’important est que vous vous sentiez bien avec vous-mêmes, peu importe comment votre orientation sexuelle et/ou votre identité de genre évoluent.

Vous pouvez donc vous considérer comme étant gay, queer, pansexuel.le ou autre un jour, mais vivre votre sexualité différemment un autre jour, au gré de vos envies. Vous n'avez pas à vous justifier!

À lire aussi : La non-binarité : vivre son identité de genre selon ses propres standards

Deux mains se touchent devant un faisceau de lumière arc-en-ciel

Assurez-vous de vous sentir dans un climat d’écoute et d’acceptation et en compagnie de personnes avec qui vous vous sentez bien lorsque vous aborderez le sujet.

3. Vous pouvez faire votre coming out plus d’une fois

C’est possible de faire plusieurs coming out à différentes personnes. 

Un truc qui m’a beaucoup aidé personnellement a été d’en parler la toute première fois à une amie très proche, puisque je me trouvais dans un environnement de confiance. Assurez-vous de vous sentir dans un climat d’écoute et d’acceptation et en compagnie de personnes avec qui vous vous sentez bien lorsque vous aborderez le sujet.

Si vous ne vous sentez pas en sécurité de le confier à une personne en particulier, préservez votre sécurité et intégrité à tout prix.

Vous pouvez aussi prendre le temps qu’il vous faut pour informer les gens de votre cercle intime, et rappelez-vous que vous n'êtes JAMAIS obligée de le faire savoir à tout le monde

Faire mon coming out a réellement été libérateur pour moi et j’espère surtout que ce sera la même chose dans votre vie. 

Sachez que si vous avez peur que votre orientation sexuelle chamboule des personnes autour de vous, je vous promets que ce n’est sans doute pas le genre de personnes dont vous avez besoin dans votre intimité...

Faire partie de la communauté LGBTQIA+, c’est une fierté. Ne laissez jamais quelqu'un vous faire croire le contraire. 

Alors, bienvenue dans la communauté! 

Deux femmes tiennent un drapeau LGBTQ+
Gloria
Par :