Santé

Allergies saisonnières : symptômes, traitements et trucs

Les allergies saisonnières sont aussi appelées rhinite allergique, pollinose ou rhume des foins. Elles se caractérisent par une série de symptômes (qui ne sont pas nécessairement tous respiratoires, voir plus bas) survenant systématiquement à la même période de l'année. Elles sont causées par une hypersensibilité à certains pollens.  On estime qu'environ une personne sur 4 souffre d'allergies saisonnières durant l'une ou toutes les périodes susceptibles de causer des allergies, ce qui les rend extrêmement fréquentes :

  • Le printemps (mi-mars à fin juin) : allergies à certains arbres et arbustes comme les bouleaux, les érables ou les peupliers.
  • L'été (fin mai à mi-octobre) : allergies aux graminées comme le gazon, le blé, le maïs, etc.
  • L'automne (août à octobre) : allergies à l'herbe à poux.

Cette année, les allergies saisonnière sont particulièrement intenses, aux dire de nombreuses personnes! Ce serait dû aux changements climatiques.

Les causes des allergies saisonnières

Les allergies se manifestent lorsque le corps réagit de manière trop vive lors de l'exposition à certaines substances extérieures, comme les pollens de certaines plantes.
Même si l'on ne connaît pas les causes causes exactes qui font que seulement certaines personnes sont touchées par ces allergies, la science sait que la génétique joue un grand rôle.

Les allergies sont une réaction immunitaire: l'organisme de la personne qui en souffre identifie le pollen comme un "agresseur", même si cette substance est en fait inoffensive. L'organisme produit donc des anticorps et crée de l'inflammation pour lutter contre cette substance, ce qui provoque les divers symptômes ressentis, qui sont les symptômes d'une réaction allergique.

Qui est touché?

N'importe qui peut développer des allergies saisonnières à un moment ou un autre dans sa vie. Il est également possible de souffrir d'allergies pendant quelques années, puis de les voir disparaître sans raison apparente. Cependant, on a remarqué que les personnes les plus à risque de souffrir d'allergies saisonnières sont :

  • Les personnes dont certains membres de la famille ont déjà des allergies (facteur héréditaire).
  • Les hommes, qui sont généralement plus sensibles que les femmes.
  • Les personnes exposées à la fumée secondaire du tabac, particulièrement dans la petite enfance.
  • Les personnes exposées à de hauts taux de pollution aérienne (pesticides, fumée de feux de foyer, polluants, etc.)

À lire aussi : Comment fonctionnent les tests d'allergie?

Contagion

Les allergies saisonnières ne sont pas contagieuses.

Les principaux symptômes des allergies saisonnières

La plupart des symptômes sont d'origine respiratoire, mais il y en a beaucoup d'autres :

  • Écoulement nasal
  • Congestion nasale
  • Éternuements à répétition 
  • Toux
  • Larmoiement (les yeux pleurent tout seuls)
  • Yeux rougis, gonflés et qui piquent
  • Maux de tête
  • Démangeaisons dans le nez, la gorge, le palais
  • Maux de gorge
  • Voix rauque
  • Respiration sifflante
  • Peau irritée, qui pique
  • Trouble du sommeil et fatigue (lorsque les symptômes sont persistants)
  • Irritabilité et difficulté de concentration
  • Dans certains cas : crises d'asthme et/ou d'urticaire, eczéma.

Diagnostic

Compte tenu de la spécificité des symptômes et des périodes durant lesquels ils surviennent, les médecins sont généralement en mesure de poser un diagnostic très facilement.
Certains tests (sanguins ou cutanés) permettent de découvrir l'allergène spécifique qui permet de traiter efficacement les symptômes.

Possibles risques de complications

Lorsqu'elles sont persistantes, mais pas traitées adéquatement, les allergies saisonnières peuvent favoriser l'apparition de :

  • Sinusite chronique
  • Crises d'asthme
  • Otites à répétition (surtout chez les enfants).

À lire aussi : J'aime les animaux, mais je suis allergique, que faire?

Traitement des allergies saisonnières

Plusieurs médicaments vendus avec ou sans ordonnance sont disponibles pour le traitement des allergies saisonnières. Ils se divisent en plusieurs familles :

  • Les antihistaminiques, qui bloquent la production d'histamine (la substance à l'origine des réactions allergiques).
  • Les décongestionnants : sous forme de vaporisateurs, ils peuvent irriter les muqueuses et ne devraient donc être utilisés que très sporadiquement.
  • Les corticostéroïdes nasaux : ce sont des anti-inflammatoires disponibles uniquement sur prescription lorsque les médicaments en vente libre sont inefficaces.
  • Les corticostéroïdes oraux : également sur prescription, et pour de très courtes périodes à cause des effets secondaires indésirables.
  • Les antidégranulants : en aérosol ou en gouttes, ils ont aussi une action antihistaminique.

Des traitements de désensibilisation sont également possibles, mais ceux-ci s'étalent sur plusieurs années et leurs résultats ne sont pas garantis.
Enfin, certaines personnes ont recours à des techniques de médecine alternative : acupuncture, hypnothérapie, techniques de relaxation, changements alimentaires, naturopathie, etc. Aucune étude scientifique ne prouve actuellement l'efficacité de ce traitement, même si plusieurs personnes affirment avoir vu une nette amélioration dans l'intensité de leurs symptômes.

Prévention des allergies saisonnières

Pour éviter les allergies saisonnières, l'unique méthode efficace consiste à réduire l'exposition aux allergènes mis en cause. Par exemple :

  • Limiter les sorties à l'extérieur, ou du moins lorsque les pollens sont le plus concentrés dans l'air (entre 8 h et 12 h) et lorsqu'il y a beaucoup de vent.
  • Garder les fenêtres fermées.
  • Utiliser un climatiseur.
  • Porter des lunettes de soleil lors des sorties pour éviter que les spores de pollen entrent dans les yeux.
  • Éviter de faire sécher le linge à l'extérieur : il ramasse le pollen!
  • Te laver souvent les mains et les cheveux.
  • Ne pas tondre toi-même la pelouse.
  • Laver fréquemment les draps, oreillers, couvertures.
  • Arracher l'herbe à poux sur vos terrains avant sa période de pollinisation.
  • Vérifiez les prévisions pollens dans votre région et évitez de sortir lors des « pics » prévus.

Quelques trucs pour mieux gérer les allergies saisonnières

  • Pendant les pires périodes de crise, ça ne peut pas nuire de prendre plusieurs douches par jour puis de changer de vêtements, surtout après être allé dehors.
  • Il ne faut pas oublier de nettoyer souvent tous les objets qu'on touche fréquemment: téléphone cellulaire, montre intelligente, clés, poignée de porte, interrupteurs, télécommandes, claviers d'ordinateurs... Durant la période la plus intense, tout ce qui se trouve à proximité d'une porte-patio ou d'une fenêtre ouverte peut se retrouver couvert de pollen microscopique.
  • L'efficacité n'est pas prouvée, mais certaines personnes prennent du miel (une cuillère quelques fois par jour) dans le but de se désensibiliser au pollen. Le miel doit être local et non-pasteurisé, puisqu'ainsi il contiendra des traces de pollen courantes là où tu te trouves. 
  • Te rincer les sinus plusieurs fois par jours, avec un produit salin vendu en pharmacie ou encore avec un dispositif du genre Neti Pot est souvent presque aussi efficace que la médication, mais sans effets secondaires.
  • Il existe d'autres remèdes naturels que certaines personnes trouvent efficaces contre les allergies saisonnières: la quercétine, un anti-oxydant puissant contenu dans les fruits et légumes colorés, le yogourt contenant des probiotiques, la spiruline, une algue, ainsi que la vitamine C, qui a des propriétés anti-histaminiques.
  • Les fameux masques N95 protègent aussi du pollen, et non seulement des virus. C'est donc possible de les porter dehors quand la saison des allergies bat son plein, si ça peut te faire sentir moins misérable.
  • Investir dans un filtre à air HEPA dans la maison pourrait être avantageux.
  • Toujours sortir avec des gouttes pour les yeux.
  • Plus le ménage est fait souvent dans la maison ou l'appartement (aspirateur, époussetage, nettoyage des surfaces, etc.) moins le taux de pollen sera élevé à l'intérieur.

Consulter tous les contenus de Marie-Ève Laforte.

Note : Les informations contenues dans cette fiche sont fournies à titre informatif seulement, pour te permettre de poser des questions éclairées à ton médecin. En aucun cas, elles ne peuvent remplacer l'avis d'un professionnel de la santé. Notre équipe de rédacteurs et d'experts met tout en oeuvre pour fournir de l'information de qualité. Toutefois, Noovo Moi ne saurait être tenu responsable si le contenu d'une fiche s'avérait incomplet ou désuet. Nous rappelons qu'il est fortement recommandé de consulter un médecin si vous croyez souffrir d'un problème de santé.

Cet article contient un lien affilié.