Famille

Parentalité positive : des outils pour l’adopter

Par : Cloé Paradis
Une mère et sa fille

La parentalité positive, l’éducation bienveillante… Si tu es parent, ces termes te disent probablement quelque chose.

Cette approche axée sur l’empathie, l’écoute, le développement de la confiance de l’enfant et dont on entend de plus en plus parler, semble être une nouvelle tendance. Au contraire, je pense que beaucoup de parents adoptent déjà cette démarche sans nécessairement le savoir! 

Mais elle est maintenant démocratisée et vulgarisée davantage via les réseaux sociaux, des livres, des podcasts, des formations virtuelles, etc.

Pourquoi je te parle de parentalité positive?

Personnellement, en tant que maman d’une petite fille, je trouve ces sujets-là fascinants. Depuis le jour où j’ai su que j’étais enceinte, j’adore m’informer (parfois même trop, aux dépens de mon instinct qui est comme  « allô, j’existe! ») sur tous les sujets possibles entourant l’éducation, la maternité, la nutrition, l’allaitement, etc. 

Mais comme mon bébé a maintenant un an (ok, 14 mois pour les puristes des mois!), j’ai pas mal fini avec les trucs de bébé 0-1 an et je m’intéresse de plus de en plus au développement intellectuel, social, affectif, moteur de mon enfant, et surtout, à l’éducation. 

Il faut dire que ma mère est psychoéducatrice en développement de l’enfant et retards de développement, mon père est éducateur spécialisé, mon frère est intervenant psychosocial et ma belle-sœur, conseillère pédagogique en CPE. Même mon chum a déjà été intervenant en maison de jeunes. Bref, il y a juste moi dans la famille qui n’est pas dans le domaine!

Mais, qu’à cela ne tienne, ce n’est pas parce que je ne gagne pas ma vie là-dedans que ça ne m’intéresse pas. 

Une mère et sa fille dans la rue

Le fameux parent parfait… ça n’existe pas. Et dans la parentalité positive non plus!

C’est quoi au juste l’éducation bienveillante?

Loin de moi l’idée de me transformer en experte, mais je vais vous résumer en quelques phrases ce que je comprends de la parentalité positive (appelée aussi éducation bienveillante).

Il s’agit d’une approche - ou d’une philosophie d’éducation - qui mise sur la bienveillance, l’empathie, la coopération, l’encouragement et le respect mutuel

Il s’agit d’écouter les besoins, les demandes, les émotions de l’enfant et de les respecter, lui montrer que l’on comprend et qu’on est là pour elle ou lui. 

Au lieu de réprimander, de punir, de crier, on accueille les émotions de nos tout-petits et on les encourage à les exprimer, pour mieux les gérer. Sans être non plus un type d’éducation permissive. Seulement, au lieu de confronter, on demande la coopération de l’enfant et on l’implique dans la recherche de solutions.

C’est beau, non?

Le cerveau des bébés

Plein de belles études ont été menées sur le développement du cerveau chez l’enfant et ont démontré à quel point une attitude empathique du parent peut littéralement modifier son cerveau en profondeur, intellectuellement et affectivement, et former un adulte confiant. 

Je pense qu’ultimement, c’est ce que tout parent souhaite : élever un enfant pour qu’il devienne le meilleur humain possible.

Une mère et son fils regardent une tablette numérique
Un père et son enfant jouent ensemble

Le culte du parent parfait, c’est NON!

Et là, attention, surtout pas de pression! Le fameux parent parfait… ça n’existe pas. Et dans la parentalité positive non plus! 

Comme dans toute chose, le mieux est de prendre ce qui nous plaît et ce qui nous parle de la parentalité positive, y aller à son rythme et essayer de ne pas culpabiliser si on fait des erreurs.

Soyons doux envers nous, les moms (et dads)! L’éducation de nos enfants reste un choix personnel et on doit se respecter là-dedans, sinon le temps est long. 

En tous cas, moi j’ai bien du fun avec ma Loulou à appliquer toutes sortes de techniques et encore plus à voir les résultats! Je trouve ça fabuleux comment son cerveau est une véritable éponge, et moi j’essaie d’incarner la plus riche et la plus belle eau que son éponge puisse absorber (voyons, que se passe-t-il, je deviens poète?).

Tu veux approfondir tes connaissances sur le sujet?

Si ça te parle et que tu as envie d’en savoir plus, je te partage mes outils et références préférés sur le sujet! Il y a tellement de belles ressources variées, tu y trouveras probablement ton compte.

Livres :

Livre intitulé Soyez l'expert de votre bébé

Soyez l’expert de votre bébé, Mélanie Bilodeau

Les libraires
25,95$

Acheter

Livre intitulé Pour une enfance heureuse

Pour une enfance heureuse, Dr Catherine Gueguen

Les libraires
14,95$

Acheter

Livre intitulé Les 50 règles d'or de l'éducation positive

Les 50 règles d’or de l’éducation positive, Bénédicte Péribère

(Si tu n’aimes pas lire des briques, ceci est pour toi!)

Les libraires
6,95$

Acheter

Livre intitulé Lettre à un jeune parent

Lettre à un jeune parent, Dr Catherine Gueguen

Les libraires
25,95$

Acheter

Livre intitulé Au coeur des émotions de l'enfant

Au coeur des émotions de l’enfant, Isabelle Filliozat

Les libraires
12,95 $

Acheter

Podcast :

Ouikid : parce que des moms ça n’a pas toujours le temps de lire, un petit podcast, ça s’écoute bien dans le trafic!

Comptes à suivre sur les réseaux sociaux :

  • @Laurrmg que j’ai découvert grâce à la DME (alimentation autonome chez les bébés), mais elle ne parle pas que de ça, elle touche à beaucoup de sujets en éducation, étant professeure en psychologie.

  • @ouikid pour des conseils et trucs imagés, le fun et clairs.

  • @joanie_loisel_psychoeducatrice, qui collabore notamment avec Ouikid.

  • Mélanie Bilodeau - et son groupe privé « Les piliers de la petite enfance: s’élever dans la parentalité positive ».

Webinaires et formations :

Outils variés :

  • Les outils de gestion de comportement de Les Belles Combines. D'ailleurs, j'ai très hâte d’essayer cette « trousse de retour au calme » avec ma fille quand elle sera un petit peu plus grande.

  • S’inscrire à des infolettres, dont la fameuse infolettre de Naître et grandir qui est toujours très pertinente!

Enfin, j'aimerais terminer avec ceci :

« L’enfant est un peu comme une plante à cultiver ; et le parent, un jardinier qui l’aide à grandir le mieux possible », selon Marie-Hélène Gagné, professeure à l’École de psychologie de l’Université Laval.

Cloé
Par : Cloé Paradis