Famille

Grossesse : 7 conseils bien-être pour que le premier trimestre se passe le mieux possible

Vivre une grossesse, c’est fantastique. Mais ça comporte aussi parfois des aspects plus difficiles, dont la plupart des gens hésitent à parler! Le premier trimestre, c’est-à-dire du moment où on apprend qu’on est enceinte jusqu’à la 13e semaine de grossesse, est souvent vécu comme des montagnes russes. À partir du moment où la grossesse est confirmée, c’est tout une cascade de changements qui se mettent en place!

Si certaines vont bien passer au travers de ce fameux premier trimestre, pour d’autres, ces quelques semaines peuvent être très (très) pénibles.

Alors voici quelques idées pour tenter d’aider celles qui se trouvent dans cette dernière situation. Parce qu’il y a souvent des moyens de sentir un peu mieux, voici 7 conseils pour améliorer son bien-être premier les premiers mois de la grossesse.

1. Parler de ses difficultés!

Annoncer ou parler de sa grossesse avant la fin du premier trimestre est encore très tabou. Et le raisonnement derrière ça est légitime : c’est parce que si jamais la grossesse se termine, ce serait moins difficile de le vivre « en privé » que d’être obligé de l'annoncer à tout le monde. On sait en effet que les chances qu'une fausse couche arrive diminuent de beaucoup à partir de la 13e semaine.

Mais, pendant ce premier trimestre, les femmes vivent plein de changements et de difficultés et elles n’ont souvent personne vers qui se tourner pendant la pire période. Et puis, si vraiment un malheur arrivait, est-ce que ce serait vraiment une bonne idée de passer à travers ça sans en parler à personne?

Alors chacune est bien sûr libre de déterminer sa propre zone de confort : pas besoin de le crier sur tous les toits ou de le dire sur les réseaux sociaux, mais ça peut vraiment faire du bien d’avoir au moins une, ou quelques personnes à qui en parler, qui sont passées par là et qui savent ce que ça veut dire. Certaines personnes ayant été enceintes pourront aider au quotidien, donner des trucs et soutenir les futures mères pendant les pires journées.

Tranche de vie : pendant ma deuxième grossesse, j’ai vraiment eu l’impression qu’un gros nuage noir s’installait au-dessus de moi peu après mon test positif. Je ne connaissais pas le concept de « dépression pré-partum », que j’ai compris seulement des années plus tard. C’était complètement déconcertant, puisque je n’arrêtais pas de me dire qu’en principe, j’aurais dû être submergée de bonheur et de plénitude. Mais le pire, c’est que j’avais l’impression que j’étais seule au monde à vivre ça et que je ne pouvais en parler à personne. Au 2e trimestre, j’ai pas mal repris le dessus; mais pouvoir en parler ouvertement durant cette période m’aurait fait tant de bien.

2. Tout essayer pour les nausées

Pourquoi ça s’appelle des « nausées matinales » (de l’anglais morning sickness) d’ailleurs? N’importe qui ayant passé par là sait très bien que c’est loin de se limiter au matin. Une de mes amies, enceinte de jumelles, a littéralement passé son premier trimestre à vomir – et le soir/la nuit étaient ses pires périodes.

Pour la grande majorité des femmes au moins, cet effet hautement désagréable est passager –le pire est habituellement entre la 8e et la 12e semaine de grossesse. Il faut donc s’accrocher durant cette période, et essayer tous les trucs et remèdes possibles.

Ce ne sont pas tous les trucs qui vont fonctionner pour tout le monde, mais un de ceux-ci pourrait bien vous apporter du soulagement.

  • Le gingembre (gingembre frais, tisane, gingembre confit, breuvage au gingembre)
  • Le citron (de l’eau citronnée –plate ou pétillante- ou même une odeur de citron
  • Les bonbons sûrs
  • La menthe (feuilles de menthe fraiche, tisane ou odeur de menthe
  • L’acupuncture ou l’acupression
  • Les bracelets pour le mal de mer
  • Éloigner/éliminer toutes les odeurs offensives (de cuisson, savons et détergents, produits de beauté, bougies que vous aimez pourtant d’habitude…).
  • Manger de petites quantités de certains aliments, comme des craquelins style biscuits soda, et ce dès que le tout début des nausées! Certaines en gardent sur leur table de nuit et les mangent avant même de se lever.

À lire aussi : Soulager les malaises pendant la grossesse

3. Manger quand c’est possible

Parce que l’idée des trois repas équilibrés et sains par jour, ce n’est pas très réaliste pendant le premier trimestre!

Au lieu de vous forcer si ça ne fonctionne tout simplement pas, c’est mieux de repenser la manière de manger. Si ce qui vous convient, c’est de prendre 6-7 mini-repas par jour plutôt que 3 gros, c’est correct! Si certaines journées l’idée des légumes ou des protéines est tout simplement répugnante, c’est correct! Si vous grignotez toute la journée et c’est la seule chose qui fonctionne, c’est correct!

L’important est de faire du mieux qu’on peut et de passer à travers une journée à la fois. Pas besoin de vous mettre une pression supplémentaire à ce niveau.

En passant, c’est fou comment les textures et les températures peuvent faire la différence pour une femme enceinte, alors c’est à explorer. L’eau froide ou chaude, comme pour une tisane peut ne pas vous faire envie, mais sucer des glaçons oui. Les légumes bouillis ou rôtis peuvent ne pas passer, mais dans un potage ou un smoothie, oui. Les fruits frais ou séchés peuvent ne pas vous tenter, mais congelés (raisins, fraises, framboises etc.), ils peuvent vous sembler délicieux!

À lire aussi : Quels aliments éviter durant la grossesse?

4. Prendre l’air et rester active

Il existe des futures mamans qui débordent d’énergie et continuent de s’entraîner avec vigueur et entrain. Grand bien leur en fasse! Et puis, il y a le reste des femmes, qui préfèreraient probablement visiter le dentiste quotidiennement plutôt que de faire de l’exercice pendant leur premier trimestre.

Si vous ne vous entrainiez pas avant, ce n’est probablement pas le temps de commencer un programme de marathon, évidemment! Mais dans la grande majorité des cas, l’exercice peut être extrêmement bénéfique durant la grossesse, pour toutes sortes de raisons.

Et puis ce n’est pas nécessaire de passer à travers un entraînement à haute intensité non plus! Le but est surtout de continuer à bouger et à prendre l’air… Une marche quotidienne, par exemple, peut aider à diminuer les nausées et la sensation d’inconfort ainsi que minimiser l’insomnie. Un programme léger de musculation ou de yoga/Pilates peut aussi vous faire sentir mieux, une fois que vous avez décidé de le faire.

Il y a certaines précautions à prendre pour l’exercice durant la grossesse : c’est important d’en parler à son médecin avant. Et certaines activités plus « risquées » (sports de combat, ski alpin, yoga chaud, etc.) sont à éviter.

À lire aussi : Quels exercices faire pendant la grossesse?

5. Favoriser son sommeil de toutes les manières possibles

Drôle de paradoxe : le premier trimestre de grossesse est souvent une période de fatigue intense, mais durant laquelle les nuits sont difficiles! Il y a différentes raisons pour ça, que ce soit la vessie qui devient hyperactive, les petits maux et l’inconfort généralisé ou encore l’anxiété qui est parfois présente ou amplifiée par les hormones.

Mais le sommeil est si important durant cette période! Et, dans mon cas, il n’y jamais eu de miracle : je me demande parfois comment j’ai réussi à passer à travers mes deux grossesses, en travaillant, en vaquant à mes occupations habituelles et en m’occupant de mon plus vieux la 2e fois, avec une moyenne de 4 heures de sommeil par nuit! L’important est de tout faire pour dormir et palier à ce manque.

Entre autres, en prenant avantage de toutes les opportunités de faire une sieste, ne serait-ce que 15 ou 20 minutes, durant la journée ou la soirée.

En se procurant un oreiller spécial, qui peut grandement améliorer les positions de sommeil et aider le corps à relaxer. Même un coussin d’allaitement, qui de toute façon sera utile après la naissance de bébé, peut permettre de mieux dormir en soutenant les hanches.

Et en considérant certains suppléments pour dormir, uniquement après avoir reçu l’accord d’un professionnel de la santé par contre. Le magnésium, entre autres, est généralement considéré comme sécuritaire pendant la grossesse, et peut avoir un effet bénéfique important sur le sommeil.

À lire aussi : Quelle position pour dormir pendant la grossesse?

6. Rester hydratée

C’est un conseil qui s’applique en tout temps, mais encore plus durant la grossesse! Dès le premier trimestre, le corps s’adapte et augmente de beaucoup son volume sanguin, ce qui fait que les femmes enceintes ont besoin de boire encore plus. Pendant la grossesse, le corps utilise également l’eau pour créer le liquide amniotique et plus on boit, moins on risque de souffrir de constipation – un maux commun pour les femmes enceintes.

Alors que la recommandation normale est de boire environ 2 litres (8 tasses) d’eau par jour; dès le début de la grossesse c’est plutôt jusqu’à 3 litres (ou 12 tasses) qui devrait être visé.

Pas envie de boire de l’eau? Encore une fois il est possible d’explorer différentes options : essayer l’eau pétillante, la tisane, y ajouter une saveur, siroter du bouillon ou une soupe claire, etc.

Durant la grossesse, c’est important de boire un peu durant toute la journée, et non pas d’attendre d’être assoiffée – ce qui peut aggraver les nausées. La seule chose à se rappeler par contre : ne pas trop boire quelques heures avant le coucher, surtout si on a tendance déjà à se lever durant la nuit pour aller aux toilettes!

7. Être douce envers soi-même

Le dernier conseil est probablement le plus important. Le premier trimestre d’une grossesse, ce n’est pas le moment de se mettre une pression énorme et de s’en demander beaucoup!

La chose la plus importante à faire durant ce premier trimestre, c’est de survivre et de passer au travers. Le corps d’une femme est incroyablement sollicité durant ce temps – et c’est donc bien normal de ne pas se sentir au top ou de ne pas être capable de maintenir son horaire d’avant.

Certaines journées seront plus difficiles et léthargiques ; ça fait partie de la game et il n’est pas nécessaire de se sentir coupable à cause de ça en plus. L’essentiel est de vous écouter, de ne pas vous sentir obligé d’accomplir quoique ce soit de superflu et de faire preuve de douceur et de bienveillance pour ce corps qui est en train d’accomplir tout un exploit.

Bonne chance!

Continuez votre lecture :