Mode

C'est officiel : les jeans taille basse sont bel et bien de retour

Il y a des tendances qu’on est contentes de voir revenir... Et d’autres pour lesquelles on prie secrètement afin qu’elles demeurent chose du passé.

À ce propos, désolée de te l’annoncer, mais les jeans à taille basse font leur grand retour. En effet, de nombreuses tendances du début des années 2000 reviennent cette saison, autant en mode, en beauté qu'en musique, et nous n'avons malheureusement pas échappé à celle des low rise jeans...!

Toute notre équipe s’est mise d’accord pour dire qu’il s’agissait de LA PIRE TENDANCE EVER. D’abord, c’est super inconfortable. Ensuite, soyons honnêtes, ça ne fait bien à personne. De plus, il faut toujours faire attention quand on se penche, sans parler que cette coupe nous oblige à passer la journée à remonter nos pantlaons.

On espère d'ailleurs que la tendance étant autrefois associée aux jeans taille basse, à savoir les cordes de g-string qui dépassent de chaque côté, ne reviendra pas elle aussi. Quel cauchemar ce serait!

Une tendance pas aussi innocente qu'elle en a l'air...

Tout ceci semble bien comique, léger et superficiel… Sauf que je n’arrivais pas à m’expliquer pourquoi, mais lire sur ce retour et me rappeler ces souvenirs m'a donné un petit pincement désagréable au cœur. Apparemment, je ne suis pas la seule : les jeans taille basse sont en fait un peu un emblème d’une époque vraiment difficile du point de vue de l’image de soi et de la pression sociale.

Il faut se rappeler à quel point le discours ambiant était différent il y a 20 ans, du point de vue de l’image corporelle et de la vision de la femme véhiculée dans les médias. C’est simple : exactement au moment où les jeans taille basse étaient partout, il FALLAIT être la plus mince possible. Il n’y avait à peu près aucune exception.

Par exemple, J. Lo sortait à 100% du moule; à chacune de ses apparitions en public, le fait qu’elle était curvy, plus ronde, qu’elle avait « des formes » (!?!) était mis de l’avant comme si c’était révolutionnaire. Quant aux véritables personnes taille plus, elles étaient tout simplement ridiculisées, insultées et déshumanisées en public – et la plupart des gens considéraient que c’était normal de le faire. 

Une image de la femme idéale toxique véhiculée

Bref, n’importe qui qui ne ressemblait pas à Kate Moss (c’est-à-dire 99,9% d’entre nous) avait plutôt tendance à se blâmer, à se détester, à s’en vouloir, à se priver, à avoir profondément honte de son corps, etc.

Seules les personnes les plus minces de la société pouvaient porter ces jeans sans avoir de muffin top, alors ça me donnait tout le temps l’impression de perdre la bataille contre mon corps.

Cette spirale incroyablement toxique a vraiment été catalysée par la mode des jeans taille basse, puisque ce vêtement, plus que n’importe quel autre, exposait notre corps et notre vulnérabilité... Et encore plus parce qu’il était souvent porté avec des tops bedaine très courts!

Pauline Montupet, aujourd’hui propriétaire d’une boutique de vêtements, se rappelle aussi avec horreur cette époque : « Le sentiment de n’être jamais assez parfaite pour porter ces jeans était toujours présent. Mon ventre n’était jamais assez plat et les os de mes hanches n’étaient jamais assez visibles, en comparaison aux célébrités comme Paris Hilton, Lindsay Lohan ou Misha Barton, qui les portaient sur les tapis rouges. Seules les personnes les plus minces de la société pouvaient porter ces jeans sans avoir de muffin top, alors ça me donnait tout le temps l’impression de perdre la bataille contre mon corps ».

La journaliste de mode et auteure Gabrielle Korn a de son côté consacré un chapitre complet de son livre autobiographique aux jeans taille basse, ou plutôt sur les effets négatifs qu'ils ont eu sur sa santé physique et mentale.

Le magazine InStyle a même récemment publié un article sur le sujet, intitulé : We Can’t Let Low-rise Pants Come Back, (« On ne peut pas laisser les jeans taille basse revenir » en français). En résumé, l’article relate le climat nocif de l'époque où cette tendance battait son plein, au cours de laquelle le message super contradictoire pour les filles était d’être à la fois chastes, ouvertement objectifiées, hypersexualisées et de prendre le moins de place possible, au sens propre comme au sens figuré.

Donc est-ce que tout cela veut dire qu'il ne faut absolument pas porter de jeans taille basse en 2021? Non. Tu as le droit d’aimer et de porter ce que tu veux. Cela dit, l’ayant vécu la première fois, je vais passer pour ma part.

Mon point est simplement de démontrer que quelque chose d’aussi anodin qu'une simple tendance mode peut également véhiculer des choses beaucoup plus profondes - et sombres - malheureusement...

À lire aussi : Grossophobie : si on changeant « poids santé » par « poids bonheur »?

Qu’on le veuille ou non, la taille basse revient

Bien sûr, le retour d’une tendance, ce n’est jamais rationnel ou pratique. Des filles comme Bella Hadid et Emily Ratajkowski ont recommencé à porter ces jeans il a quelques mois et tout à coup, le look semble nouveau et attrayant pour toute une génération. Le site thredUP, qui revend des vêtements de seconde main a même constaté une hausse de 50% des recherches pour les jeans taille basse en mai, comparé à janvier 2021.

Au moins, les nouveaux jeans taille basse ont été mis au goût du jour, et sont quand même fondamentalement différents de ceux d’il y a 20 ans.

D’abord, ils ne descendent pas aussi bas. La forme du derrière a été repensée pour monter plus haut que le reste, tandis que la coupe est généralement vraiment plus ample et/ou plus droite. Il y a 20 ans, les jeans taille basse étaient ultra-skinny en haut, puis légèrement plus évasés à partir des chevilles. Ils étaient aussi super longs : on les portait presque uniquement avec des talons aiguille à bouts pointus.

Les jeans taille basse 2021 semblent d'ailleurs épouser une plus grande variété de silhouettes. Et même s’il reste du chemin à faire, l’espace public est quand même plus inclusif pour toutes celles qui souhaitent porter ce type de vêtement.

À lire aussi : La démarche éternelle vers l’acceptation de soi