Santé

Pilule du lendemain et pilule abortive : tout ce qu’il faut savoir

Vous avez sûrement déjà entendu parler de la « pilule du lendemain », qui permet de prévenir une grossesse non-désirée. Mais connaissez-vous également la pilule abortive? Quelles sont les différences entre ces deux pilules? Il existe parfois une certaine confusion entre les deux. On vous explique.

Qu’est-ce que la pilule du lendemain?

La pilule du lendemain est un contraceptif d’urgence. On peut l’utiliser jusqu’à 5 jours après une relation sexuelle non-protégée pour empêcher qu’une grossesse ne se produise.

Il n’est donc absolument pas nécessaire de prendre ce médicament « le lendemain », comme le suggère son appellation populaire la plus connue. Toutefois, il est vrai que plus le médicament est pris rapidement après la relation sexuelle et plus grandes sont les chances que ce dernier fonctionne pour empêcher la conception. Néanmoins, même après 3 jours, elle est efficace à 90 % (et l’est encore plus lorsque prise plus tôt).

La pilule du lendemain ne correspond PAS à un avortement, puisqu’elle est prise AVANT que la femme puisse tomber enceinte.

En quoi consiste la pilule du lendemain?

Il s’agit de comprimés de progestérone, une hormone naturellement produite par le corps et qui est une composante de la pilule contraceptive habituelle. Toutefois, pour la pilule du lendemain, le dosage est plus élevé.

Selon le type de pilule du lendemain choisi, il faudra prendre soit 1 seul ou soit 2 comprimés, selon les instructions du pharmacien.

Au Québec, il n’est pas nécessaire de voir un médecin pour reçevoir la pilule du lendemain. Celle-ci est disponible sans ordonnance lors d’une simple visite en pharmacie; pour l’obtenir, la patiente doit s’adresser au pharmacien. La pilule du lendemain est remboursée par la RAMQ.

Le poids corporel de la patiente peut influencer l’efficacité de la pilule du lendemain ; c’est important d’en discuter avec le pharmacien.

Les effets secondaires possibles de la pilule du lendemain

Environ une femme sur 4 qui prend la pilule du lendemain éprouve des nausées. D’autres effets secondaires sont possibles : douleurs abdominales, fatigue, maux de tête, étourdissements et vomissements.  

Aucune complication sévère ou effet secondaire à long terme n’ont été rapportés pour la pilule du lendemain. Des changements au cycle menstruel peuvent survenir pendant quelques mois après la prise de ce contraceptif d’urgence. 

À lire aussi : Voici tous les effets secondaires de la pilule contraceptive

Pilule abortive et pilule du lendemain : quelles différences?

Qu’est-ce que la pilule abortive?

Contrairement à la pilule du lendemain, la pilule abortive, aussi appelée avortement médical, ne peut être utilisé qu’en cas de grossesse confirmée. Elle permet de mettre fin à cette grossesse sans procédure chirurgicale.

La pilule abortive existe depuis une quarantaine d’années. Toutefois, jusqu’à récemment, elle était beaucoup plus connue en Europe qu’ici. Ce médicament n’est en effet approuvé par Santé Canada que depuis quelques années, et est disponible gratuitement au Québec seulement depuis 2018.

Selon des données du Collège des Médecins qui datent d’avant la pandémie, cette option était désormais offerte dans la grande majorité des endroits qui offrent des services d’avortement, mais était toujours peu utilisée, soit pour environ 8 % des interruptions de grossesse.

La pilule abortive permet de vivre l’avortement à la maison, plutôt que dans le contexte d’une clinique. Elle peut être utilisée jusqu’à environ 9 semaines de grossesse (63 jours de gestation).

Contrairement à ici, sur le continent européen, selon les pays où elle est disponible, la pilule abortive est utilisée par entre 60 % et 90 % des femmes qui désirent une interruption de grossesse.

En quoi consiste un avortement médical

On appelle le fait de prendre la pilule abortive un « avortement médical », pour le distinguer d’une interruption de grossesse traditionnelle, appelée « avortement chirurgical ».

Pour obtenir la pilule abortive, il faut d’abord se présenter en clinique ou dans un autre lieu qui offre de tels services (CLSC, groupe de médecine familiale, etc.) La première étape consiste en effet à effectuer un bilan de santé et s’assurer que la patiente n’a pas de contre-indications au traitement.

La « pilule abortive » consiste en fait à prendre 2 médicaments différents, à un intervalle donné. Souvent mais pas toujours, le premier médicament est remis et pris à la clinique, tandis que le 2e médicament est pris à la maison, 24 à 48 heures plus tard. Il peut également arriver qu’un médecin prescrive ce médicament à une patiente qui ira le chercher à la pharmacie puis le prendra à la maison.

Les effets de l’avortement, soit des crampes et des saignements vaginaux, se font habituellement sentir environ 4 heures après la prise du 2e médicament.

Par la suite, il est essentiel de revoir le médecin ou l’infirmière praticienne entre 7 et 14 jours après l’avortement. Ce suivi est très important pour vérifier que l’avortement est complété et que l’état de santé général de la patiente est bon.

Les effets secondaires et complications possibles de la pilule abortive

La pilule abortive cause, dans la majorité des cas, des crampes et des saignements, qui peuvent se comparer à ceux des menstruations, mais avec une intensité plus élevée. Les saignements devraient être (très) abondants au départ, puis diminuer en intensité après quelques jours et cesser après environ 2 semaines. Le cycle menstruel devrait quant à lui reprendre entre 4 à 6 semaines plus tard.

Les autres effets secondaires possibles plus fréquents sont des nausées et des vomissements, de la diarrhée, des frissons et de la fièvre. Dans des cas plus rares, il peut s’ajouter d’autres symptômes comme des étourdissements ou évanouissements, des bouffées de chaleur ainsi que des maux de tête.

Les risques de complications sont rares voire même très rares, mais présents comme pour tous les médicaments. Parmi ceux-ci, on peut compter le risque de faire une hémorragie ou une infection, ou encore le risque que l’avortement ne soit pas complet.

Le traitement est efficace à plus de 95 %. Si jamais l’avortement est incomplet, un curetage effectué en clinique sera toutefois nécessaire. 

Si vous avez des questions ou des inquiétudes à ce sujet, vous pouvez en parler à votre médecin de famille, un pharmacien ou une infirmière en composant le 8-1-1.

Continuez votre lecture :

Consulter tous les contenus de Marie-Ève Laforte.