Famille

Une mère décide d'épiler le monosourcil de sa fille de 3 ans et le Web s'enflamme

Une mère a épilé le monosourcil de sa fille, cette semaine sur TikTok, et la vidéo est devenue virale.

Sur les images filmées par Leah Garcia, on l'entend donner un décompte avant d'enlever le monosourcil de sa petite puce de 3 ans à l'aide une bande de cire froide. Puis, la maman se réjouit devant le résultat en lui disant qu'elle a « maintenant deux sourcils ». 

En quelques heures, la vidéo a été partagée et commentée des centaines de milliers de fois. Au moment d'écrire ces lignes, le TikTok compte plus de 3,5 millions de « J'aime ».

En texte avec la vidéo, on peut lire ceci : 

« Je m'en fous! Je m'en fous! J'aime mieux que vous me disiez que je suis une mauvaise mère que de laisser ma 3 ans se promener avec un monosourcil comme mes parents l'ont fait avec moi. »

Une vidéo, des milliers de réactions

En publiant ces images, Leah Garcia se doutait qu'elles soulèveraient les passions.

Dans la section des commentaires directement sur TikTok, les réactions des utilisatrices sont généralement positives. Plusieurs disent à la mère que sa fille « va la remercier plus tard » ou qu'elles ont « vécu de l'intimidation toute leur enfance en raison de leurs sourcils et de leurs poils sur les bras ». 

D'autres remarquent plutôt qu'il aurait été bien d'attendre un peu plus tard en raison de l'absence de consentement de la fillette.

« Une fois que mes enfants l'auront demandé, je les laisserai à 100 % le faire, mais avant, je ne veux pas les rendre insécures sur quelque chose qu'ils n'ont pas remarqué », commente une utilisatrice. 

Une bonne intention qui suscite des réflexions

D'un côté, cette mère a épilé le monosourcil de son enfant pour lui éviter des traumatismes et des moqueries, car elle en a elle-même vécu quand elle était jeune et ne veut pas qu'elle vive la même chose. La maman, pleine de bonnes intentions, veut donner un coup de pouce à l'estime de soi de sa fille en se basant sur son expérience. 

De l'autre, le parent qui pose ce geste transpose tout de même sur l’enfant des notions d'esthétisme d’adulte. Parce qu'à 3 ans, cette petite fille est dans une période de découverte et d'apprentissage. Les standards de beauté, comme les moqueries souvent cruelles, n'arrivent que plus tard dans l'enfance et l'adolescence. 

Il semble donc que ces deux réalités contradictoires coexistent.

De plus, elles sont le témoignage de la pression qu'ont les femmes - dès leur plus jeune âge! - à devoir se conformer physiquement aux codes sociaux de beauté, ainsi que la banalité des commentaires qu'on omet sur l'apparence des autres, sans se soucier de la réception souvent négative de ces derniers...

Pour voir les commentaires publiés sous la vidéo originale, qui sont heureusement pertinents et respectueux pour la plupart, rendez-vous sur TikTok.