Bien-être

Le retour au travail en mode hybride : quoi faire pour que tout se passe bien?

Pour les employés de bureau, le retour au travail se fera probablement en mode hybride, c’est-à-dire à moitié en télétravail et à moitié en présentiel.

C’est là un très gros changement de mentalité pour la majorité des entreprises, qui, on le sait, étaient pour la plupart plutôt froides à la possibilité de faire du télétravail avant la pandémie. Mais c’est aussi un gros changement pour la plupart d’entre nous, qui sommes exclusivement à la maison depuis un an et demi!

Qu’est-ce qu'on entend par mode hybride de travail et comment cela va-t-il fonctionner? Explications.

Pourquoi retourner au bureau?

Après 18 mois, c’est assez facile d’identifier ce qui fonctionne en télétravail et et ce qui fonctionne moins ou n’est pas optimal.

Les avantages du télétravail :

  • Éliminer complètement le transport : juste ça, ça fait une énorme différence dans la vie de tellement de gens! Et c’est excellent pour l’environnement en plus.
  • Obtenir un meilleur équilibre de vie : dormir plus, avoir plus de temps avec les enfants, pour les loisirs, pour s’entrainer, etc.
  • Avoir une productivité souvent accrue : moins de distraction, meilleure organisation et contrôle de l'espace de travail, etc.

Ce qui fonctionne généralement moins bien en télétravail :

  • Les meetings Zoom éternels.
  • La collaboration spontanée.
  • L’aspect plus social et relationnel du travail.

Le retour « partiel » ou hybride en présentiel se veut surtout une manière d’adresser ces difficultés, tout en conservant certains des avantages du télétravail.

Pourquoi retourner au bureau? ¨Ça devient assez clair : pour travailler ensemble. C’est-à-dire pour organiser des réunions en personne, pour faire de planification, pour collaborer, pour échanger.

Le bureau ne devrait jamais être un club social, évidemment, mais se voir et partager le quotidien de nos collègues permet souvent de se rapprocher, et une équipe avec des gens qui se sentent bien est plus engagée et généralement plus heureuse au travail.

À lire aussi : Les amitiés au travail : c’est sain ou pas?

L’idée du retour au bureau devrait donc être concentrée sur ces aspects : les réunions et la collaboration. La situation idéale permettrait donc à tous les collègues concernés de se retrouver ensemble en présentiel au moins une journée par semaine, pour organiser des réunions et favoriser l’avancement des projets communs.

Journées en présentiel consécutives ou alternées?

Certains experts prônent de « séparer la semaine en deux », c’est-à-dire de combiner les journées en présentiel, suivies des journées en télétravail tout d’un bloc. Ceci permet d’instaurer une routine et de « s’investir » plus dans un mode ou dans l’autre, pendant quelques jours.

Mais d’autres prônent plutôt les journées alternées, qui dynamisent la semaine en permettant de constamment changer de « rythme ».

Au final, c’est un choix d’entreprise (ou de département) mais aussi un facteur qui dépend de la personnalité et du poste de chacun.

Quelles journées choisir?

Souvent, les réunions sont plus concentrées en début de semaine, alors le présentiel prend tout son sens les lundis et les mardis. Disons que personne ne va non plus remettre en question le fait que le vendredi soit la journée la plus populaire de la semaine pour travailler à partir de la maison!

Mais le truc c’est que dans plusieurs entreprises, l’instauration du mode hybride signifie souvent un changement ou une optimisation des locaux, ne permettant plus à tous les employés d’être sur place en même temps.

Différents systèmes peuvent être implantés : la rotation des journées par département, un système de réservation en ligne, etc.

À lire aussi : Comment avoir une bonne posture en télétravail?

Le mode hybride révélera encore plus qu’auparavant l’importance de bien « compartimenter » la charge de travail selon les journées en présentiel et celles en télétravail.

Journées fixes ou variables?

Certaines entreprises vont implanter un horaire fixe : en présentiel tous les lundis et mercredis, par exemple. Dans ce cas, les attentes de l’employeur sont que l’employé soit toujours sur place (sauf exceptions), donc que les rendez-vous importants et autres circonstances du genre soient planifiés lors des autres journées de la semaine (celles en télétravail).

Par contre, comme on le sait, ce n’est pas toujours comme ça que la vie fonctionne; c’est rare, en prenant rendez-vous avec un médecin spécialiste par exemple, qu’il soit possible de choisir la journée ou de « refuser d’y aller les lundis! ». Une certaine flexibilité est donc souhaitable pour ce genre de situation.

Pour d’autres entreprises, le choix des journées sera laissé à la discrétion des employés et donc les journées en présentiels pourraient toujours être différentes. L’important est simplement d’avoir des attentes claires et de bien les communiquer.

À lire aussi : 12 idées de lunchs parfaits pour le télétravail

L’importance de bien séparer les tâches selon le mode de travail

C’est un apprentissage qui ne sera probablement pas instantané, mais le mode hybride révèlera encore plus qu’auparavant l’importance de bien « compartimenter » la charge de travail selon les journées en présentiel et celles en télétravail.

Les journées en présentiel devraient tourner autour des réunions, de la planification, du brainstorming, de la formation et des projets collaboratifs.

S’il reste du temps par la suite, les heures pourraient être occupées par des tâches plus « légères » : lecture ou recherche, classification, courriels, rapports, etc.

Les journées en télétravail devraient évidemment être réservées au travail individuel plus « rigoureux », puisque l’environnement à distance est plus propice à la concentration et permet souvent de demeurer sur une même tâche plus longtemps. Pendant ces journées, les réunions (virtuelles) devraient être gardées au minimum.

Ceci demande bien sûr une gestion du temps de travail un peu plus serrée et de la planification à l’avance, mais au final ça permet certainement une plus grande efficacité!

À retenir pour que tout se passe le mieux possible

  • Une certaine flexibilité de part et d’autre est la clé pour que le travail en mode hybride fonctionne.
  • Une communication claire et constante est cruciale.
  • Le temps passé en présentiel doit valoir la peine (prioriser les réunions et la collaboration).

À lire aussi :