Bien-être

Mieux comprendre le phénomène des relations parasociales

Avez-vous déjà entendu parler du phénomène des relations parasociales? Le terme n’est pas nouveau, mais il a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années avec l’omniprésence des réseaux sociaux dans nos vies.

On s’est penché sur la question.

C’est quoi, une relation parasociale?

En gros, c’est une relation que quelqu’un a l’impression d’avoir ou bien s’imagine avoir avec une personnalité connue ou publique. Il s’agit donc d’une relation à sens unique, puisque la personnalité n’a, dans la plupart des cas, pas connaissance de l’existence même de la personne qui est si attachée à elle.

Le terme a été inventé dans les années 50 par deux chercheurs américains en psychiatrie, pour décrire une nouvelle réalité. Selon eux, l’avènement alors récent des « médias de masse », comme la radio, la télévision et le cinéma avaient créé « l’illusion d’une relation face-à-face avec l’interprète ou l’animateur ». À l’époque, l’émergence de ce type de relation leur apparaissait comme étant très frappant et particulier.

Ce type de phénomène existe toujours, mais a pris une dimension supplémentaire avec la prolifération des différentes plateformes sociales : blogues, YouTube, Instagram et TikTok par exemple. Sur ces plateformes, les créateurs de contenus et influenceurs semblent encore plus proches de notre vie, puisque plus que jamais, ils et elles partagent leur quotidien, leurs expériences, etc.

À lire aussi : Être influenceuse, c’est si facile que ça?

Fille regarde son téléphone
Fille regarde son téléphone

Les réseaux sociaux ont véritablement changé la donne parce maintenant c’est même possible d’avoir une certaine « interaction » avec la personnalité, si par exemple elle répond à un commentaire sur une publication.

Mais est-ce vraiment une relation?

Les deux psychiatres qui ont d’abord décrit le phénomène parlaient déjà d’une « relation » parasociale. Mais la question se pose : peut-on vraiment parler d’une relation dans ce cas? Puisque pour avoir une relation, il faut forcément qu’il y ait un « rapport entre deux personnes ».

Dans une relation parasociale, tout est basé sur une impression, une perception de proximité avec quelqu’un d’autre. Peu importe l’attachement d’un côté ou le sentiment de connaître cette personne, il n’y a aucune intimité ni réciprocité. La « relation » parasociale est donc purement imaginaire.

Cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas être significative, mais il reste important de recadrer les sources qui lui donnent le même poids qu’une relation prenant place dans la vie réelle.

Un phénomène positif?

Malgré tout, il existe des arguments positifs à propos des relations parasociales.

Tout d’abord, il faut comprendre qu’il s’agit d’un phénomène tout à fait normal. En tant qu'êtres sociaux, dont la survie a été assurée pendant une grande partie de l’Histoire par la capacité de se regrouper, nous sommes littéralement programmés pour tisser des liens avec les autres. Former des connexions est en effet naturel et instinctif pour les êtres humains. Lorsqu’une personne est présentée via un écran, notre cerveau ne fait pas la différence et réagit comme si c’était une vraie personne.

L’idée n’est donc pas de remettre en question la possibilité de s’attacher à une personne ou même un personnage fictif avec lequel nous avons l’impression de faire connaissance. Simplement de comprendre la distinction entre cette impression et une interaction en face-à-face avec quelqu’un.

À lire aussi : Enola Bédard s'ouvre sur sa popularité : « Ce qui m'arrive en ce moment est complètement fou »

Parmi les arguments positifs, on peut noter que cette impression de connexion avec quelqu’un peut aider les personnes qui éprouvent ce sentiment, en leur apportant de l’inspiration ou en les poussant à la réflexion par exemple. Certains thérapeutes ont soulevé l’hypothèse que les gens peuvent développer ces sentiments parce que certains de leurs besoins ne sont pas comblés par d’autres moyens. Développer une relation parasociale pourrait donc, dans ce cas, être vu comme une forme de réappropriation de ce qu’elles considèrent comme nécessaire.

Un autre argument est que comme la relation parasociale n’est pas soumise aux règles de la vraie vie, elle peut apporter à certaines personnes un certain répit ou même un soulagement par rapport aux contraintes des véritables relations (l’usure du quotidien, la possibilité de conflit et de décevoir l’autre). Finalement, pour certaines personnes, l’impossibilité de se faire rejeter par la personnalité publique est également un point positif.

Lorsqu’une personne est présentée via un écran, notre cerveau ne fait pas la différence et réagit comme si c’était une vraie personne.

Quelles sont les limites à respecter?

Il est important de comprendre aussi le revers de la médaille, soit le point de vue de la personnalité publique qui se trouve de l’autre côté de l’équation. En effet, pour cette dernière, cette perception d’une relation avec un(e) inconnue peut être vécu comme une pression constante, voire même dans certains cas comme du harcèlement.

Avoir l’impression de vivre une véritable relation avec une personnalité est une chose, mais il faut comprendre en tout temps que cette relation, dans le sens d’une interaction entre deux personnes, n’est pas réelle.

Des glissements peuvent se produire lorsque les gens agissent envers la personnalité comme si elles étaient vraiment proches d’elle : en l’inondant de messages, en faisant des demandes auprès d’elle ou en lui reprochant certains gestes ou événements bien personnels - comme l’annonce d’une grossesse, par exemple.

En autant que ces paramètres sont respectés, une relation parasociale demeure un phénomène assez inoffensif, et qui peut même apporter du bon à certaines personnes. Pourtant, il ne faudrait pas oublier les « drapeaux rouges », qui indiquent un côté plus malsain : lorsque l’intérêt ou l’impression de proximité avec une personnalité publique devient plutôt une obsession par exemple. Le stalking n’est jamais sain ni drôle!

Si une personne fuit ou néglige ses véritables relations et montre peu d’intérêt envers sa propre vie au profit de cette relation parasociale, c’est un problème à adresser également.

Si vous aimez suivre les célébrités, ce balado qui traite de toutes les plus importantes nouvelles de la culture pop du jour va certainement vous plaire!