Zéro déchet

Voici comment économiser sur l'essence lors de votre prochain roadtrip

Inflation, hausse des prix et difficulté à obtenir un passeport : il y a de grandes chances qu’une majorité d’entre nous passe la saison estivale au Québec et utilise sa voiture pour partir en vacances.

Cependant, la hausse faramineuse des prix de l'essence peut mettre un frein à votre envie de partir en roadtrip. Si c’est votre cas, que diriez-vous de réduire votre consommation d’essence d’un quart et, par la même occasion vos émissions de gaz à effet de serre, juste en modifiant votre façon de conduire? 

On vous explique comment adopter l'écoconduite.

Nos conseils décoconduite, qui sont aussi valables à l’année longue, pourraient alléger l’empreinte carbone de vos trajets en voiture d’une tonne d’équivalent CO2. Des petits efforts qui rapportent gros, sachant qu’un Québécois moyen émet annuellement 9,6 tonnes d’équivalent CO2.

Quelques vérifications avant de partir

Vérifiez que vos pneus ne manquent pas d’air avant d’avaler les kilomètres, car rouler avec des pneus mous, ça coûte vraiment cher. Non seulement les pneus sous-gonflés peuvent amputer leur durée de vie de 10 000 km, mais ils font aussi augmenter la consommation de carburant. Par exemple, un petit manque de pression de 56 kilopascals (8 livres par pouce carré) fait grimper la consommation d’essence de 4%!

  • Il est donc recommandé de vérifier fréquemment la pression de vos quatre pneus en respectant les spécifications du manufacturier.
  • Pensez aussi à remplacer le filtre à air au moins une fois par année et à changer l’huile de votre bolide en suivant les instructions de votre garagiste.
  • Finalement, n’oubliez pas de retirer le porte-bagages du toit ou le support à vélo dès que vous n’en avez plus besoin. En réduisant l’aérodynamisme de votre véhicule, ces accessoires peuvent augmenter votre consommation d’essence de 20%!

« Sauver du gaz » en levant le pied n’est pas un mythe

L’un des conseils les plus répandus pour réduire sa consommation d’essence est sans conteste de réduire sa vitesse, en roulant à 100 plutôt qu’à 120 km/h sur l’autoroute.

La majorité des véhicules atteignant leur niveau d’efficacité maximale entre 50 et 80 km/h, plus vous avez le pied pesant, plus vous consommez d’essence et plus ça coûtera cher tant en argent qu’en GES.

La manière dont on conduit a aussi son importance. Par exemple, un grand coup d’accélérateur brûle jusqu’à 15 % d’essence en plus et si votre vitesse varie régulièrement entre 75 et 85 km/h, votre consommation grimpe de 20 %. L’astuce est de maintenir une vitesse constante en utilisant le régulateur de vitesse (le cruise control) quand les conditions de la route le permettent. Pour éviter les accélérations et les freinages brusques, ne collez pas de trop près la voiture qui vous précède. Vous pourrez mieux anticiper les manœuvres du conducteur et adapter votre conduite en conséquence.

Une femme regarde un carte de la route

Se garder une p’tite gêne avec la clim

L’utilisation de la climatisation peut faire gonfler votre consommation en carburant de 20 %, car elle fait davantage travailler le moteur.

Si vous êtes en ville, essayez de vous en passer et ouvrez plutôt les fenêtres. Sur l’autoroute, c’est une autre histoire. Il vaut mieux climatiser l’habitacle (en activant la fonction de recirculation de l’air) quand on conduit à une vitesse élevée, car les fenêtres et le toit ouverts créent une résistance qui ralentit la voiture. Il faut donc accélérer pour compenser, ce qui augmente la consommation d’essence.

Pensez aussi à stationner votre voiture à l’ombre pour éviter d’avoir à mettre la clim à fond!