Famille

La charge mentale : ce fardeau invisible pour les femmes

Est-ce qu’il t’arrive de faire des listes de listes? De stresser avec des tâches minimes de la maison pendant une réunion importante au boulot? De tellement penser à une tâche, que rendu pour la faire tu n’as même plus d’énergie parce que tu as tout brûlé dans la planification? Moi oui, ça m’arrive constamment.

Aujourd’hui, on discute de la charge mentale : qu’est-ce que c’est et pourquoi la vie de couple et de parent - et notamment celle des femmes et des mamans - est rythmée par celle-ci? Comment partager équitablement la charge mentale entre les partenaires?

C’est quoi ça, la charge mentale?

Personnellement, ça ne fait que quelques années que je suis enfin capable de mettre des mots sur le poids invisible qui me pèse sur les épaules. Toute cette planification de notre vie de couple (prise des rendez-vous, gestion de l’agenda commun, faire les listes de choses qu’il faut acheter pour la maison, gestion des finances, etc.) a toujours été dans ma cour, un peu par défaut, depuis le début que nous sommes ensemble.

Depuis que j’ai compris le concept de charge mentale, c’est plus facile pour moi de nommer quand j’en ai trop dans ma tête. Ou quand mes listes de listes ne suffisent plus.

Avant, je pensais à tort que c’était juste parce que j’étais meilleure que mon chum à ce niveau-là, donc c'était légitime que je sois la responsable. Mais j’ai vite compris que non, que c’est assez généralisé que ce soit aux femmes qu’incombe cette responsabilité, dans les couples hétérosexuels.

Selon Louise Cossette, enseignante au Département de psychologie de l’UQAM : « les hommes sont aussi capables que les femmes d’anticiper, de planifier, d’organiser. Si elles sont “meilleures” à le faire, c’est tout simplement parce que ça fait des siècles qu’elles le font ».

Basé sur les vieux modèles

En effet, bien que le concept de charge mentale soit né dans les années 1980, il existait bien avant et les femmes ont toujours été les organisatrices en chef de leur maisonnée

Quand les hommes étaient des pourvoyeurs pour leur famille, c’est eux qui étaient en charge de ramener le pain sur la table, comme on dit. La femme, elle, s’occupait de faire rouler la maison pendant que son conjoint travaillait à l’extérieur. Ça faisait donc en quelque sorte du sens ce partage des tâches. Mais maintenant que les femmes travaillent tout autant que leurs homologues masculins, ce serait logique que les hommes s’investissent autant qu’elles dans la cellule domestique.

À lire aussi : Les différents styles d’attachement expliqués

Bien sûr, les hommes en font beaucoup plus qu’avant au niveau des tâches ménagères, il y a un réel progrès - notamment chez les plus jeunes générations.

Même si les statistiques démontrent que les femmes passent plus de temps que les hommes sur les tâches ménagères encore aujourd’hui, il y a tout de même une nette amélioration du côté des hommes. Toutefois, même s’ils en font plus, cela ne veut pas dire qu’ils prévoient plus. Exécution vs planification : il y a une grande nuance!

On ne parle pas ici de déléguer des tâches. Non, car cela voudrait dire que c’est encore nous qui sommes aux commandes. On vise plutôt un partage égal dans la planification.

Vers un partage égal de la charge mentale

Idéalement, les partenaires seraient dans une situation d’égal à égal pour tout ce qui a trait aux tâches ménagères et toute la gestion de la vie de couple. Et on ne parle pas ici de déléguer des tâches. Non, car cela voudrait dire que c’est encore nous qui sommes aux commandes. On vise plutôt un partage égal dans la planification

On s’entend d’abord sur nos priorités et nos standards, et une fois que c’est accepté et que les deux sont d’accord, on divise les tâches et leur gestion complète. Bien important par contre, si tu es es habituée d’être la chef d’orchestre, il faut absolument faire preuve de tolérance et accepter que les choses ne soient pas nécessairement exécutées comme si c’est toi qui les avais faites.

Le défi du lâcher-prise

Honnêtement, avec mon chum, depuis que je lâche prise sur les détails quand il prend des initiatives, on s’en porte tous mieux. Une grosse partie du problème réside aussi dans les élans rapidement stoppés par l’autre partenaire qui critique. Nombreux sont les hommes (ou les femmes) qui ont essayé de s’occuper de quelque chose et qui se faisaient reprendre à tous coups, donc ils/elles se sont découragés et n’ont plus recommencé.

C’est certain que c’est moins tentant de prendre des initiatives lorsqu’on a toujours l’impression de ne pas faire les choses correctement et que ça ne fait pas plaisir à notre partenaire.

Une autre partie de la solution est la reconnaissance. Féliciter notre partenaire lorsqu’il/elle fait une tâche de son propre gré et surtout si c'est nouveau pour lui/elle, c'est une bonne idée de lui dire qu’on apprécie son geste. Ce n’est jamais agréable de sentir que l’autre prend pour acquis ce qu’on fait, alors soulignons et reconnaissons ces petits gestes.

À lire aussi : Achats scolaires : conseils pour t'organiser et respecter ton budget

Écrire ce texte : check!

Tu veux savoir la meilleure? J’écris présentement ce texte dans l’avion, au début de nos vacances dans l’Ouest canadien, parce qu’avec toute la préparation pré-voyage qui m’a occupée (et préoccupée) toute la semaine : lavage, bagages, ménage, vider le frigo, arroser les plantes, coordonner la garde de notre fille et de notre chien, itinéraire pour notre voyage, etc, en plus du travail à temps plein, ma liste se remplissait et je n’ai pas pu cocher l’item « rédaction de mon article sur la charge mentale ».

Ma solution? Je le ferai quand mon esprit sera tout clair et que je n’aurai plus rien à penser, c’est-à-dire, une fois assise dans l’avion! On ne peut pas avoir une meilleure application de la théorie ici!

Mes suggestions de lecture sur la charge mentale :

Si nous sommes égaux, je suis la fée des dents, d’Amélie Châteauneuf, Édition Poètes de brousse

Un essai qui ouvre les yeux sur la réalité de la charge mentale... et qui propose des solutions pour atteindre une vraie égalité dans le foyer!

24,95 $ chez Les libraires

Acheter

Fallait demander!, d'Emma, Éditeur Florent Massot

Une BD féministe qui pose un regard à la fois drôle et politique sur les injustices. Ce tome 2 intitulé « Fallait demander! » s'intéresse particulièrement à la sphère domestique et à la charge mentale que subissent les femmes. Un incontournable!

29,95 $ chez Les libraires

Acheter

Les Belles Combines, de Dominique Bernèche Éditeur Guy Sy-Jean

Plusieurs trucs et astuces à mettre en place pour contenter les enfants, mais aussi les parents! Un ouvrage intéressant pour mieux s'organiser en famille et développer les compétences et le bonheur de chacun.

27,95$ chez Les libraires

Acheter

Finalement, un outil pour aider à organiser la vie familiale :

  • L’abonnement payant Chef de Famille par Les Belles Combines, qui te donne accès à des planifications mensuelles personnalisables, des outils d’aide au budget, des recettes pour la semaine, etc.