Famille

8 conseils pour les parents séparés

Des parents séparés restent toujours des parents pour leurs enfants. Lors d’une séparation, les parents doivent agir en adulte pour garder les intérêts des enfants au top de leurs priorités… même si ça implique de faire des concessions et des compromis. Voici 8 conseils pour tous les parents séparés qui ont à cœur le bonheur de leurs petits.

Ne pas jouer au détective… ni à l’autruche

On ne fait pas passer un interrogatoire à notre enfant pour savoir, minute par minute, ce qu’il a fait durant le weekend chez l’autre parent. Mais on ne fait pas comme si son «autre» vie ne nous intéressait pas. On en jase sans passer de commentaires ou de jugements. Les enfants doivent se sentir libres de nous raconter ce qu’ils vivent.

Tenir un calendrier

J’ai, sur mon frigo, un calendrier où tous les soirs de garde sont inscrits et toutes les activités touchant les enfants. D’un seul coup d’œil tout y est. En cas de modification d’horaire, on fait imprimer une nouvelle feuille qui se retrouve dans les deux maisons et aux deux écoles. Certaines familles utilisent des calendriers partagés sur le web comme Planiclick qui offre, en plus, une section pour comptabiliser les dépenses reliées aux enfants.

Communiquer

Se parler entre parents reste la base. On s’informe si nos enfants sont malades, s’ils vivent un stress à l’école ou si un de leurs comportements nous inquiète. On ne divise pas leur vie. Les deux parents se doivent d’être au courant de tout ce qui se passe et qui pourrait avoir une influence. Trop difficile de se parler face à face? Certains instaurent un cahier de notes qui voyagent entre les deux maisons. Un autre bon choix : les messages textes et les courriels qui échappent aux petites oreilles indiscrètes et qui permettent un suivi serré et rapide.

Trouver des photos rassurantes

On permet aux enfants de garder, s’ils le veulent, une photo de leur «autre» famille avec eux, dans leur sac d’école ou dans leur chambre pour qu’ils comprennent qu’on accepte leur vie ainsi partagée. Aussi, quand on est prêts, on ne se gêne pas pour regarder des albums photos de la famille d’avant en insistant sur les bons moments. Il est important pour eux de voir qu’on garde quand même de bons souvenirs de cette époque.

Garder contact avec les enfants

Quand ils sont chez l’autre parent, on leur téléphone ou – quand ils sont assez grands – on leur envoie des courriels. L’important est de ne pas être envahissant et surtout ne pas leur faire sentir qu’on surveille l’autre parent à distance. Même si l’appel ne dure pas plus de deux minutes, c’est souvent rassurant pour eux de savoir qu’on pense à eux… et pour nous de les entendre tout simplement.  N’interdisez jamais à l’autre parent de les appeler; mieux, suggérez à vos enfants de le faire s’ils n’y pensent pas.

Ménager les enfants

On évite à tout prix les adieux déchirants. On ne leur dit surtout pas qu’on va s’ennuyer d’eux ou qu’on est triste. On mise sur le plaisir qu’ils auront. On se met un sourire au visage et on essaie de faire le plus naturellement du monde. Aussi, on ménage les enfants quant à nos nouvelles fréquentations ou aux chicanes entre ex-conjoints : ils n’ont pas à tout savoir. Ils ne sont pas nos confidents.

Partager les mêmes règles… ou presque

Il ne s’agit pas de dire à l’autre comment agir, mais bien d’être d’accord tous les deux sur des règles qui seront les mêmes d’une maison à l’autre. Par exemple : «oui, pour un iPod, non à Facebook et toujours demander au parent avant de télécharger une application.». Même chose pour les devoirs : on discute des meilleures stratégies pour que ça se passe bien. Ça ne veut pas dire calquer notre vie sur l’autre, mais offrir aux enfants des horaires et des règles qui se ressemblent. C’est beaucoup moins déstabilisant pour eux.

Rendre service

On peut dépanner son ex quand il est retenu au bureau, quand une journée de «tempête de neige» survient, etc. Ainsi, les enfants sentent encore une complicité. Les enfants sont plus confiants et équilibrés quand ils voient que leurs deux parents forment encore une équipe… même si c’est pour leur interdire des choses.Vous avez d’autres conseils? Comment fonctionnez-vous en tant que parents séparés? 

Nadine Descheneaux, rédactrice