Bien-être

Peine d’amour en pandémie : comment passer à travers?

Durant les derniers mois, on a été nombreuses à malheureusement vivre des déceptions amoureuses. Les peines d’amour, ça arrive, mais ça frappe un peu plus fort quand on est isolée à cause du confinement. Quoi faire pour se sentir mieux?

La COVID-19 a récemment franchi le cap de sa première année dans nos vies.

Un an à être en mode introspection forcée. Un an à embrasser quotidiennement l’anxiété et le manque de contrôle. Un an à parfois trouver le temps long, à parfois trouver que ça passe trop vite.

Un an à subir un vide social et affectif.

Une femme triste

Depuis mars 2020, c’est-à-dire depuis le début de ce qu’allait devenir notre nouvelle vie, je m’intéresse aux répercussions psychologiques du confinement ; de l’anxiété, à la solitude, en passant par la pression sociale.

Il y a quelques semaines, j’ai d’ailleurs écrit sur le célibat en pandémie. Un petit pétage de coche qui m’a été bien libérateur. Écrire pour moi est tellement thérapeutique. Je le fais d’abord pour mieux me comprendre et pour cheminer, mais je le fais aussi parce que je sais que je ne suis pas la seule à qui ça va faire du bien. Se comparer à l’expérience, à la vision d’une autre personne peut tellement nous aider à assimiler et assumer ce qu’on vit.

Ironiquement, lorsque j’écrivais sur le célibat en pandémie, j’étais loin de me douter que j’allais rencontrer une sympathique personne quelques semaines plus tard.

Bien que ce fling hivernal n’ait été que très bref, mon petit cœur s’en est retrouvé bien refroidi.

La déception amoureuse pendant un confinement

Dans *la vie normale*, lorsqu’une personne te vire à l’envers, t’as évidemment plein de sources de soutien pour passer au travers.Tu organises un meeting avec tes chums de filles autour d’une bonne bouteille de vin orange, tu vas traîner dans ton café préféré pendant des jours, tu décides d’aller extérioriser tes émotions dans une shop de poterie, etc.

Bref, ce qui te remettait sur le piton jadis est pas mal impossible à l’heure actuelle.

Alors, c’est quoi la solution? 

Je ne t’apprends rien en te disant qu’il n’y a pas de remède miracle. Que tu aies vu la personne 3 fois, 6 mois, 2 ans : peu importe, c’est juste humain d’être déçue/déprimée/que ton estime de toi s’en trouve un peu amochée.   

Je te mentirais si je te disais que je n’avais pas googlé « comment s’remonter l’estime de soi? ».  Et tu sais quoi? Non seulement j’ai appris la différence entre la confiance en soi et l’estime de soi, mais j’ai aussi trouvé des astuces pas piquées des vers.

Une femme qui traverse une peine d'amour

Je te laisse les définitions, juste ici, si ça te tente de te coucher moins niaiseuse, toi avec.

Estime de soi : C’est la façon dont tu te sens par rapport à toi-même. Ce sentiment affecte tes pensées et tes agissements. En gros, l’estime de soi est le résultat de tes relations et de tes expériences. Les gens qui ont une grande estime d’eux n’ont généralement pas peur du risque et rebondissent facilement lorsqu’ils font face à des échecs. 

Donc si à la base ton estime de toi n’était pas béton, il est tout à fait normal qu’une déception amoureuse te chamboule et/ou te suscite des remises en question. 

Confiance en soi : La confiance en soi se développe par l’apprentissage et la pratique. Si tu es bonne en sport ou en art par exemple, c’est clairement des aspects de ta vie qui te valorisent en tant que personne. La confiance en soi est donc beaucoup plus facile à acquérir que l’estime de soi. 

Et évidemment, si tu fais face à une déception amoureuse ce n’est pas vraiment ta confiance qui est affectée, mais la stimuler est une très bonne façon de passer au travers. 

Je te suggère de miser sur un projet qui te tient à cœur, quelque chose que t’as toujours rêvé d’apprendre.

Une femme lit un livre

Retour au programme principal : comment évacuer la déprime post-déception amoureuse entre ses quatre murs?

Comme le dit si bien la psychothérapeute et auteure Marni Feuerman : « le stress d’être au milieu d’une pandémie crée une vulnérabilité qui rend les échecs amoureux vraiment plus difficiles ».

Une femme dans un bain

1.   Assimile l’échec de la relation

Je sais, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Ça prendra le temps que ça prendra. Ne te mets pas de pression supplémentaire pour passer rapidement à autre chose, s’il te plait.

Pour faire le deuil d’une relation, il faut passer à travers plusieurs étapes nécessaires.

Dans ces moments rough-là, j’aime me rappeler que chaque chose qui m’arrive est due pour arriver. Oui, c’est un peu beaucoup ésotérique, mais c’est rassurant et puissant de se déculpabiliser. 

De plus, je crois beaucoup en l’énergie que l’on dégage et au pouvoir inconscient (et conscient) que l’on a sur notre vie. Voir les choses positivement aide donc assurément à cheminer! 

Dis-toi que ton temps est précieux et qu’une merveilleuse personne t’attend quelque part (passage cheesy). Le temps que tu perds à ruminer reporte inlassablement le moment où tu la rencontreras, cette merveilleuse personne.

Crois-moi, tu vas te dire : « Maudit que j’aurais aimé ça, la rencontrer avant! ».

2.   Fais le point

L’introspection est tellement importante! Non pas sur le pourquoi du comment la relation s’est terminée, mais plutôt pour toi, tes besoins, tes aspirations, tes valeurs. 

Est-ce qu’il y a des red flags que tu as ignorés? Quels sont-ils? Qu’est-ce que tu as appris sur toi au cours de la relation? Qu’est-ce que tu aimerais améliorer pour ta prochaine relation? C’est clairement jouer au thérapeute avec soi-même et répondre avec impartialité, spontanéité et honnêteté. Ça peut te faire réaliser bien des choses. 

3.   Sois plus communicative envers ton entourage

Avoir des amies ou de la famille sur qui on peut compter, c’est non négligeable, surtout en confinement. 

Par contre, se dire : « mon amie sait que je suis déprimée, si elle se préoccupe réellement de moi, elle va m’appeler », ce n’est clairement pas la bonne approche à avoir, bien que je comprenne le laisser-aller que la déception amoureuse peut avoir engendré. 

Tente de communiquer clairement à ton entourage : j’ai besoin de ventiler, de radoter, de m’faire shaker, de m’faire réconforter. Ce n’est pas être faible et encore moins être un boulet. 

Et si tu crois que d’en jaser à une personne externe comme un.e psychologue serait plus facile, je t’encourage fortement à consulter l’Ordre des psychologues du Québec ou ton PAE, ça peut juste t’aider, tsé!

Femme au téléphone chez elle

4.   Sois douce envers toi-même

En un mot : selfcare. 

Je sais, c’est pas mal ce qu’on fait depuis le tout début de la pandémie, mais je te dirais : selfcare encore plus fort! Si ça peut t’inspirer, j’ai récemment passé une journée entière à créer, pour mon propre plaisir, parce que j’aime ça. Du dessin, de la peinture, cristi que j’ai apprécié me retrouver!

Même chose pour toi. Par exemple si le ménage t’apaise ; let’s go sur le ménage du printemps ma chum! C’est ben beau les masques et les bombes de bain, mais prendre du temps pour soi, ça va beaucoup plus loin. Les playlists qui te font danser sont évidemment sous-entendues. 

À ce propos, ma suggestion de chanson « feel good » du moment : Passive Agressive de Charlotte Cardin.  

Une femme peint

5.   Change ton attention de place

Quand on parle d’overthink, je sais de quoi il s’agit! Ce genre de situations alimente tellement nos pensées, qu’on finit par s'auto drainer.

On dit souvent qu’il faut se distraire pour passer au travers, je te dirais que sur le court terme ça fonctionne bien, mais idéalement on recherche une solution à long terme.

Oui, écouter des films pourrait te distraire pendant quelques heures, mais il n’y a pas de travail interne qui s’opère, à part peut-être le fait de compatir à la tristesse de Holly dans le film PS : I love you

Je te suggère donc de miser sur un projet qui te tient à cœur, quelque chose que t’as toujours rêvé d’apprendre. Personnellement, je lis actuellement beaucoup sur l’anxiété, l’estime de soi et la méditation. Trouve des sujets qui t’inspirent et va dévaliser la bibliothèque, c’est le moment parfait! 

Tu pourrais aussi commencer à organiser ton prochain voyage (qui aura lieu en 2025, mais quand même), réaménager ton espace personnel, apprendre à cuisiner ton plat préféré, te visualiser en train de t’épanouir… Le but est de faciliter un état d’esprit favorable et bienveillant.

6.   Arrête de suivre ton ancienne fréquentation sur les réseaux sociaux

Je n’ai rien d’autre à ajouter. Si tu consultes son compte régulièrement et si le fait de voir ses publications, c’est comme faire subir le Goliath à ton cœur, UNFOLLOW NOW!

Sur ce, je t’envoie plein de douceur, tes feels, bien qu’accentués par la pandémie, sont valables. T’es une personne incroyable!