Bien-être

Ce sondage révèle qu'on ne serait pas prêts pour un retour à la normale

Deux personnes dans un café

Après 15 mois de pandémie de COVID-19, pratiquement tout le monde est écœuré et a tellement hâte de pouvoir laisser de côté les mesures de distanciation, le masque et tout le reste. Une grande partie d’entre nous ressent en plus cet état de « langueur », qui n’est pas aussi fort que la dépression ou la détresse, mais nous fragilise quand même au point de vue de la santé mentale.

Au moment d’écrire ceci, plus de 37 % des gens, soit plus d’une personne sur trois, ont reçu au moins une première dose de vaccin contre la COVID-19 au Québec. Même si on est encore loin de l’immunité de masse, c’est un nombre important de la population, et ça pourrait commencer à faire une différence! Peut-être pas encore au niveau collectif, mais plus au niveau individuel : une fois vaccinés, on pourrait penser que les personnes se sentent moins vulnérables et sont prêtes à revenir à des petits gestes de la vie normale…

Vaccin COVID-19

Mais en réalité, c’est n’est pas tout fait ça qui se produit, en tout cas si on se fie à un sondage mené récemment en Amérique du Nord par la firme Invisibly. On peut se rappeler que, dans l’ensemble du Canada, c’est 34 % des adultes qui ont reçu au moins une dose et aux États-Unis, c’est 44 % des gens qui ont été vaccinés - incluant 32 % qui ont reçu les deux doses requises.

Ce qui est intéressant avec ce sondage, c’est que les réponses d’avril 2021 ont été comparées avec celles d’un sondage identique mené en juillet dernier. Et qu’étonnement, malgré la progression du vaccin depuis ce temps, il y a peu de différence entre les deux sondages.

Les sondeurs ont demandé aux gens s’ils se sentaient prêts à retourner à certaines activités comme avant, et ce peu importe si les mesures de confinement le permettaient ou non. Ce qui est mesuré ici, c’est donc réellement le niveau de confort et non la possibilité réelle de pratiquer ces activités, qui a fluctué dans la dernière année selon l’état des vagues de COVID et les régions, par exemple.

1. Retourner au restaurant

En juillet 2020, 44 % des gens interrogés étaient prêts à aller au resto tout de suite, comparé à 55 % des répondants en avril 2021.

En 2020, 30 % des gens pensaient à y retourner dans quelques mois, comparé à 28 % des gens en 2021.

En 2020, 25 % des gens pensaient qu’ils ne retourneraient pas avant 6 mois au moins; ce chiffre a légèrement baissé à 17 % en 2021.

C’est intéressant, et pas si surprenant, de voir que maintenant plus de gens seraient prêts à retourner au resto, comparé à l’an passé. Mais, la différence reste assez légère et est beaucoup moins importante que le nombre de gens vaccinés – même si ces derniers courent moins de risques d’attraper ou de transmettre la COVID!

Femme seule au resto
Femme seule au gym

2. Retourner au gym

En juillet 2020, 30 % des gens seulement étaient prêts à retourner au gym, comparé à 47 % en avril 2021.

28 % des gens pensaient plutôt y retourner dans quelques mois en 2020, comparé à 23 % en 2021.

Finalement, 43 % des gens ne pensaient même pas aller au gym avant au moins 6 mois en 2020, comparé 30 % en 2021.

C’est un peu le même phénomène que pour les restos : plus de gens sont prêts à l’heure actuelle, mais la proportion ne suit vraiment pas celle des gens vaccinés… Et comme pour les restos, les gens « au milieu », soit qui ne sont pas confortables maintenant mais pensent l’être à court ou moyen terme (d’ici quelques mois), demeure remarquablement constante.

3. Retourner travailler au bureau (ou en présentiel)

En juillet 2020, uniquement 34 % des gens se sentaient prêts à retourner travailler sur place, comparé à 55 % des gens en 2021.

28 % des gens pensaient vouloir y retourner dans les prochains mois en 2020, comparé à 21 % en 2021.

38 % des gens interrogés en 2020 ne souhaitaient pas retourner au bureau avant au moins 6 mois, comparé à 24 % des gens en 2021.

Le télétravail ne convient pas à tout le monde, alors ce n’est pas étonnant qu’une bonne proportion de gens soit désormais prêts à retourner travailler en présentiel à l’heure actuelle, après plus d’un an isolé à la maison.

Homme seul au bureau

C’est l’indicateur de ce sondage qui a fait le plus de progression depuis l’an dernier : 21 % de plus qu’en juillet 2020! Mais encore une fois, la progression est moindre que celle des gens vaccinés.

Le moins qu’on puisse dire c’est que ça va être difficile pour l’ensemble des entreprises de retourner au modèle d’avant...

Ce que le sondage révèle

Parmi les points intéressants de ce sondage, les chercheurs ont également fait ressortir ces faits  :

  • Les hommes seraient plus prêts à retourner à leurs activités normales que les femmes. Il faut évidemment éviter de s’enfermer dans les généralisations et les stéréotypes, mais il reste que les stéréotypes existent habituellement pour une raison: est-ce que ça pourrait être lié au fait que les hommes serait, pour plusieurs, en général plus confortables avec le risque que les femmes?
  • Les personnes plus jeunes sont plus prudentes que les personnes plus âgées face au retour à leurs activités. Ceci est un peu surprenant, parce que plusieurs ont l’image en tête de jeunes qui se moquent complètement des mesures en place et organisent des partys! Mais si on se fie à ce sondage, ce n’est vraiment pas le cas de la majorité. Et ceci peut être en partie relié au fait ue ceux qui font partie des tranches plus âgées sont plus nombreux à avoir été vaccinés. Mais, c’est peut-être aussi plus pour des raisons comportementales et générationnelles.