Bien-être

La passion amoureuse, vraiment bon?

Ah! La passion amoureuse! Ce grand bouleversement de l'être, à la fois espéré et craint. La passion a changé le cours de l'Histoire à plusieurs reprises et est sans doute le sujet qui a le plus inspiré les créateurs depuis des siècles. Pensons à Roméo et Juliette, Tristan et Iseult, Abélard et Héloïse.

Bien que nous en soyons tous des « victimes » potentielles, peu vivront une passion amoureuse au cours de leur vie. Et ceux qui y survivent en parlent à la fois avec fascination et méfiance.

Qu'est-ce que la passion? Est-ce une forme d'amour? Et peut-elle durer?

La passion en quelques mots

Voici comment Le Petit Larousse définit la passion : « mouvement violent, impétueux de l'être vers ce qu'il désire : émotion puissante et continue qui domine la raison ».

Qui domine la raison. C'est bien ce qui caractérise la passion : cette impression de ne plus se posséder, de ne plus être « raisonnable ». Elle est souvent décrite comme une folie. C'est en quelque sorte, une perte de contrôle et c'est cet aspect qui nous effraie et qui nous fait dire, après coup, jamais plus!

Alors pourquoi tant de nous souhaitent vivre ce grand chavirement? Pas évident de résister aux images d'amour absolu que nous renvoient les oeuvres dramatiques. Pas facile non plus de rester de glace en entendant les « élus » parler de ce qu'ils vivent : l'impression de vivre intensément, de se consumer pour l'autre, de se sentir hors du temps. Et comme notre époque verse souvent dans la démesure et idéalise tout ce qui est plus gros que nature, de plus en plus de personnes partent en quête de cette forme exacerbée d'amour qui devient LA référence en termes de relation amoureuse.

Le vrai visage de la passion

S'il y a une certitude avec la passion, c'est qu'elle ne dure pas. Il arrive inévitablement un moment où la réalité nous rattrape. Ce retour à la réalité est toujours douloureux. Et avant que se produise cette déchirure, il y a une déresponsabilisation des amants, une perte d'identité, une incapacité à vivre l'un sans l'autre. Bref, ce sont les montagnes russes où on passe par l'euphorie, le bonheur, le calme, l'anxiété, le désespoir. On ne parle pas d'amour, en tout cas pas du type d'amour sur lequel on peut bâtir une relation durable.

Personne n'est à l'abri

La passion ne fait pas de discrimination. Jeunes, vieux, occidentaux, orientaux, hommes ou femmes : personne n'est à l'abri.

Beaucoup d'études sur les sentiments amoureux ont été menées depuis les vingt dernières années. On y a appris, notamment, que les hommes aimaient tout aussi passionnément que les femmes, mais qu'ils tombaient sous le coup de la passion plus rapidement qu'elles.

Des études ont également confirmé que la passion est caractérisée par une juxtaposition de plaisir et de douleur. Dans l'une de ces études, réalisée auprès de 500 sujets, la grande majorité s'attendait à ce que l'expérience de la passion soit douce-amère, alors que 10 %, blessés pas des expériences passées, souhaitaient ne jamais revivre une passion.

Le coup de foudre

Le coup de foudre est souvent accompagné de passion dévorante, mais pas toujours. Par contre, la passion amoureuse commence la plupart du temps par un coup de foudre. Le coup de foudre est en fait un ensemble de désirs qui semblent être satisfaits simultanément. Le temps semble s'arrêter quand on croit reconnaître « notre âme soeur ». C'est une accélération des premières étapes d'une rencontre.

Comme la passion, le coup de foudre est lui aussi mis sur un piédestal. Il est considéré comme le nec plus ultra en termes de rencontre amoureuse. Rappelons seulement ceci : la plupart des relations amoureuses qui durent n'ont pas débuté par un coup de foudre, ni n'ont été soumises aux flammes de la passion dévorante.

L'amour est-il possible

Est-ce qu'une passion peut se transformer en relation amoureuse? Rarement. La passion résiste difficilement au quotidien, à l'ordinaire. Pour que l'amour naisse de ce feu, il faut qu'il y ait « une deuxième rencontre », qu'on apprenne à se connaître franchement. Pendant cette période de transition, le couple est fragile. Le deuil de ce qui a été sera toujours présent entre les amants. Rares sont ceux qui restent une fois le charme rompu.

Peut-on se protéger de la passion?

Oui. En admettant qu'elle existe et que tous peuvent en être « victime ». On se protège également en admettant que c'est une illusion qui ne dure pas et en cessant de l'idéaliser. On se prépare ainsi à mieux réagir et à ne pas tout laisser tomber sur un coup de tête si un jour elle frappe à notre porte.

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie