Bien-être

Comprendre la jalousie

Nous sommes tous, à un moment ou à un autre, un peu jaloux. Voir une personne tourner autour de notre partenaire nous taraude. Mais, lorsque la jalousie prend toute la place, elle empoisonne la vie de toutes les personnes touchées. Comment vaincre la jalousie?

Qu'est-ce que la jalousie?

La réponse est à la fois simple et complexe. « La jalousie, c'est avant tout le désir de posséder l'autre, affirme la psychanalyste Marcianne Blévis. C'est une torture anxieuse qui concerne la place que nous avons pour l'autre... »

La personne jalouse a souvent l'impression que ses rivaux (rivales) ont plus d'attributs qu'elle. De ce fait, elle se persuade qu'un jour, elle sera sûrement trahie. S'il est normal de ressentir un pincement au coeur lorsque nous aimons, la jalousie devient un problème lorsque que nous harcelons sans cesse la personne aimée. Certes, la méchanceté est absente, mais le désir de posséder est omniprésent.

Sa propre infidélité rend jaloux

Ironiquement, les personnes étant attirées par l'infidélité sont plus jalouses que la moyenne des individus. D'ailleurs, les psychanalystes considèrent la jalousie « comme un reflet du désir inconscient de tromper l'autre. Et, parce que ce désir est insupportable, le jaloux s'en défend en l'attribuant à l'autre ».

Êtes-vous jaloux (se)?

Avez-vous tendance à créer des scénarios les plus horribles les uns que les autres?

Oui, la personne jalouse est un scénariste hors pair. Elle se voit dans la peau d'un antihéros trahi. La tromperie l'obsède au point de ne plus faire confiance en l'autre... Pourtant, il y a de fortes chances que son partenaire l'aime profondément.

Fouillez-vous votre partenaire?

La personne jalouse vérifiera, au quotidien, l'habillement de son partenaire, fouillera ses poches (sa sacoche), lira son courrier ou ses courriels, scrutera le contenu de son ordinateur et interprétera tout geste, et toute parole, comme un indice d'infidélité.

Si vous espionnez votre partenaire, il est temps de reprendre confiance en votre relation, avant de la détruire. Dans le cas contraire, vous pousserez l'autre vers la sortie, ou dans les bras d'une personne moins possessive.

Que faire?

  • Mettez-vous dans la peau de votre « victime ». Cette approche vous permettra peut-être de prendre conscience de votre comportement excessif.
  • Identifiez l'origine des pensées négatives qui vous assaillent! Sont-elles issues de l'enfance ou d'anciennes relations de couple?
  • Consultez un thérapeute au besoin. Il vous aidera à trouver des explications à vos gestes de possessivité qui trahissent une profonde insécurité.

Combattez la dépendance affective

Derrière cette volonté d'avoir de l'emprise sur l'autre se cache souvent un état de dépendance. Vous avez peut-être l'impression que vous ne pouvez vous réaliser qu'à travers l'autre : un partenaire amoureux, un ami, un collègue de travail. Il faut apprendre à vous épanouir seul(e). Le meilleur remède est de prendre conscience de vos qualités et de les développer.

Travaillez votre confiance ne vous

Voilà la clé du succès. Vous êtes à la hauteur de l'amour qu'il, ou qu'elle, vous porte. Vous êtes digne de l'affection reçue, vous méritez de la garder. Et, si la relation se termine, vous serez aimé d'une autre personne. Certes, avoir confiance en vous peut prendre quelques mois, ou quelques années, mais vous en sortirez gagnants.

Laissez l'autre profiter de sa liberté

Il suffit parfois de quelques activités sociales, pour l'un et l'autre des partenaires, pour reprendre confiance en la personne aimée.

Consultez

Si la jalousie s'amplifie, admettez que vous vivez un sérieux problème de couple et dialoguez. Consultez au besoin!

À l'état maladif, la jalousie détruira à coup sûr votre union. Une image, exprimée par Janette Bertrand voilà quelques années, reflète bien l'emprise de la personne jalouse sur son entourage... « La jalousie, c'est comme du sable. Mettez-en dans votre main et serrez... Le sable glissera entre vos doigts. Maintenant, mettez la même quantité de sable et gardez la main ouverte. Vous n'en perdrez que quelques grains... »

À vous de décider quelle quantité de sable vous souhaitez conserver dans votre main... sans en mettre dans l'engrenage du quotidien!

Henri Michaud, rédacteur Canal Vie