Finances

Mourir à bas prix, est-ce possible?

Personne n’aime penser à sa propre mort. Il est tout de même recommandé de la planifier un minimum. Pourquoi? Pour éviter de laisser famille et amis avec une pile de factures à démystifier (et à payer) alors qu’ils vivent un deuil.

Prévoir les coûts reliés à son propre décès, c’est une petite touche qui laissera définitivement un meilleur souvenir derrière soi.

Couple âgé de dos s'enlace

L'industrie funéraire fait-elle une passe de cash avec votre décès?

Mourir coûte en moyenne 5 700 $ au Québec. Ce chiffre provient d’un sondage de la Corporation des thanatologues du Québec (CTQ) réalisé en 2017. Il semble élevé, mais souvent, on connaît mal tout le travail qui doit être fait. Qu’est-ce qui se cache derrière ce montant? Il inclut habituellement l’embaumement ou la crémation, la cérémonie, l’enterrement et les documents légaux. 

Au Québec, on a le choix entre faire affaire avec une entreprise privée, comme Urgel Bourgie/Athos et Alfred Dallaire Memoria, et une coopérative. Les coops sont réputées un peu moins dispendieuses, mais rien ne remplace une bonne séance de magasinage pour comparer vos options.

Selon Industrie Canada, les salons funéraires au pays comptent 1 538 établissements et 82,6 % d’entre eux sont rentables, avec des recettes moyennes de 837 300 $. Au Québec, 250 salons funéraires sont classés comme des micro ou petites entreprises (99 employés ou moins), alors que seulement deux sont de taille moyenne (100 à 499 employés). À côté des gros joueurs, il y a donc une diversité de petites entreprises pour répondre à vos besoins.

Peut-on mourir pour pas cher?

Vous avez l’âme plutôt bohème? Vous rêvez de faire disperser vos cendres dans un endroit significatif? À côté des multinationales et des entreprises familiales, de nouveaux joueurs font tranquillement leur place dans le marché de la mort. C’est à notre avantage, tous mortels que nous sommes, puisque cela élargit notre éventail d’options.

Une femme en deuil avec les vêtements du défunt
Une femme à des funérailles

Tapez « crémation à bas prix » sur Google et vous serez étonné des offres alléchantes qui bombarderont votre écran. Pour 895 $, Crémation Simple offre le transport, la crémation et la livraison à domicile. Pour 390 $, Azur propose à peu près la même chose, transport en moins. Dites adieu à la cérémonie, les jolies fleurs et l’urne stylisée. La crémation directe ne nécessite aucun embaumement, exposition, achat de cercueil ou location de salle.

Pouvez-vous dispersez des cendres là où vous le voulez? La Loi sur les activités funéraires couvre le sujet, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est flou! Selon le Ministère de la Santé et des Services Sociaux, « l’entreprise de services funéraires ne peut remettre les cendres humaines qu’à une seule personne. L’ensemble des cendres humaines doit être déposé dans un ou plusieurs contenants. Il est interdit de disperser des cendres humaines à un endroit où elles pourraient constituer une nuisance ou d’une manière qui ne respecte pas la dignité de la personne décédée. » On a donc le champ libre.

Si vous avez l’oeil sur un terrain privé pour effectuer la dispersion, demandez la permission aux propriétaires. Si vous choisissez plutôt un parc, informez-vous auprès de la municipalité ou de l’agence responsable. Par exemple, la Ville de Montréal interdit de jeter des cendres sur le sol du domaine public, alors que le parc national Jasper permet leur dispersion.

Pierre tombale et fleurs

Comment se préparer à mourir?

Financièrement parlant, on prépare sa mort à grands coups d’assurance vie et d’arrangements funéraires. En y pensant à l’avance, vous pouvez réfléchir, la tête froide, à ce que vous désirez, puis faire connaître vos souhaits à vos proches. Grâce aux arrangements préalables, vous pouvez choisir les services qui vous seront fournis et en fixer le prix à l’avance. De plus, ces contrats sont encadrés par la loi et votre argent est protégé dans une fiducie. Ce type de contrat peut être modifié ou rompu, mais attendez-vous à payer une pénalité. 

Si vous êtes jeunes et en bonne santé, c’est mieux d’attendre de prendre votre retraite avant de procéder. L’assurance vie peut alors être une bonne alternative. Certaines polices prennent en charge les frais funéraires et c’est le type d’assurance qui coûte moins cher lorsqu’on y souscrit très tôt.

Sachez aussi que votre succession pourrait bénéficier de l’aide financière de Retraite Québec pour couvrir vos frais funéraires. Les travailleurs qui ont cotisé au RRQ peuvent toucher jusqu’à 2 500 $ à leur décès. Un petit coup de pouce est toujours bienvenu!

Consulter tous les contenus de Maude Gauthier