Finances

Où s’en va le marché immobilier?

Belle maison à la campagne

2020 a été une année bien turbulente pour le marché immobilier de la grande région de Montréal, que l’on pense aux guerres d’offre d’achat, au manque de propriétés pour le nombre d’acheteurs, aux taux d’intérêt bas et aux hausses de prix. Le résultat de tout cela? Un marché au rythme très rapide. 

Je vous confirme que le marché est toujours en feu, mais pas nécessairement d’une bonne façon.

Et alors que plusieurs pensaient que le marché allait ralentir en 2021, il est maintenant juste de dire en ce début d’année que rien n’a ralenti. Je vous confirme que le marché est toujours en feu, mais pas nécessairement d’une bonne façon.

Ce que nous voyons à l’heure actuelle dans le marché immobilier, c’est la continuation d’un gros déséquilibre entre l’offre et la demande, un déséquilibre encore plus gros que l’année passée. La conséquence : un manque d’inventaire, des acheteurs exaspérés de trouver une propriété qui leur convient et des surenchères sur la plupart des propriétés (on en a vu se vendre à 150 000 $ de plus que le prix demandé!)

La pandémie et l’immobilier

La COVID-19 a transformé les habitudes de vie de millions de personnes, ce qui a eu un impact direct sur le marché immobilier. La fermeture des frontières qui a nui au tourisme et à l’immigration, et plusieurs zones du centre de Montréal ont connu un certain déclin. Sans parler des étudiants, qui font maintenant leurs études à distance. 

Vue aerienne du centre-ville de Montréal

Alors que la pandémie a ralenti le marché dans certains secteurs, pour plusieurs autres régions, la situation a, au contraire, joué un rôle clé dans la turbulence du marché. On a pu remarquer depuis le début de la pandémie l’escalade de la demande dans les zones périphériques et les régions éloignées, ce qui a mené à une hausse de prix des propriétés. Avec la pandémie, plusieurs employés peuvent travailler à distance, alors l’intérêt de rester en ville n’est plus le même. 

Couple qui déménage

Est-ce un bon moment pour vendre ou acheter? 

Il y a beaucoup d’inquiétudes concernant l’achat d’une maison dans le marché en ce moment. 

Les acheteurs comprennent qu’ils doivent être agressifs avec leurs offres, tout en gardant à l’esprit leur pouvoir d’achat maximum. Plusieurs propriétés, qu’ils ont déjà été en mesure de se permettre, pourraient ne pas être aussi abordables dans un contexte de bataille d’offres multiples. 

Les inquiétudes frappent également les vendeurs, qui dans de nombreux cas comprennent qu’ils peuvent recevoir beaucoup plus que le prix demandé. Mais, le souci pour eux, c’est que, après la vente, ils deviennent à leur tour des acheteurs dans ces guerres d’enchères. Cette situation a poussé plusieurs propriétaires à rester dans leur maison, et simplement investir à la rénover. 

Aux questions «est-ce le meilleur moment pour vendre?» ou «est-ce que c’est le meilleur moment pour acheter», la réponse varie toujours. Les raisons qui mènent à acheter ou vendre ne sont pas toujours les mêmes, donc la réponse dépend de la situation de chacun. Mais, c’est qu’il y a déjà eu un meilleur temps pour vendre ou acheter. Disons qu’avec plusieurs offres sur la même propriété, il ne reste plus d’espace pour négocier le prix.

Mais, qu'est-ce qui nous attend?

Il est difficile de prévoir combien de temps le marché restera ainsi, et les opinions des experts varient beaucoup. Plusieurs disent que les prix n’ont pas le choix de redescendre, mais, de l’autre côté, on prédit que les prix n’ont pas fini de monter. 

Si on regarde le marché immobilier de Toronto, par exemple, les prix sont en croissance depuis plusieurs années. Alors, suivons-nous cette tendance? Est-ce que les prix au sein de notre marché s’ajustent et prennent leur vraie valeur?

De mon côté, je prends souvent le temps de poser la grande question à des courtiers, banquiers, investisseurs et autres professionnels «où s’en va le marché?» C’est intéressant de voir la perspective de chacun, et j’ai hâte de voir quelles opinions domineront. 

Ce qui est certain, c’est que le marché évolue à une rapidité incroyable, ce qui nous force, les professionnels de ce domaine, à adapter rapidement nos façons de travailler.