En Vedette

ENTREVUE: Richardson Zéphir s'ouvre sur son expérience à Big Brother Célébrités

Par : Lysandre Dolbec

Richardson Zéphir a été éliminé de Big Brother Célébrités dimanche soir. 

Après son élimination, l'humoriste a pu faire la rédemption pour retrouver sa place dans la maison.

Après deux tentatives, Richardson Zéphir n’a pas été en mesure de réussir le défi. 

Avec sa bonne humeur, son calme et ses blagues, le candidat était l'un des favoris dans l'aventure et peut être fier d'avoir gagné l'amour du grand public et de belles amitiés!

Rencontre avec l'humoriste, qui sort de Big Brother Célébrités heureux, un peu dépaysé et étonné devant les manigances de certains candidats!  

Comment vas-tu?

« Je me sens bien! C'est comme un retour à la réalité, alors je le réalise tranquillement pas vite. »

D'entrée de jeu, je dois te demander si tu as regardé tous les épisodes de Big Brother Célébrités depuis ta sortie?

« Je dirais que j'ai vu à peu près 80 % des épisodes et des galas. J'ai bien écouté le début et, pour les deux dernières semaines, on regardait en accéléré un peu pour que j'aie le temps de tout voir. »

C'est sûr qu'après avoir regardé l'émission, je peux dire que ce n'est pas la vie qu'on a vécue!

Pensais-tu que l'émission ressemblait à ça de l'extérieur? 

« C'est sûr qu'après avoir regardé l'émission, je peux dire que ce n'est pas la vie qu'on a vécue! Ça, je m'y attendais. Je me souviens que c'est un discours que j'avais à l'intérieur : l'émission dure 22 minutes et nous, on est là pendant 24 heures par jour. Et 24 heures, c'est juste ma vie à moi! Parce que pendant ce temps, il y a une conversation dans le walk-in, une dans la cuisine, une dans le salon... Ça fait beaucoup d'heures au total! C'est sûr que ce n'est pas pareil! L'émission montre beaucoup de côtés stratégiques. Pendant ce temps, oui il y avait la stratégie, mais aussi de beaux moments de vie, les soupers, et tout... »

As-tu eu des surprises en voyant les manigances de certains joueurs? 

« Oui, j'ai eu des surprises totales! Totales! Laurence Bareil, j'ai été méga surpris de voir à quel point elle jouait. Je n'avais aucune idée! C'était tellement une personne qui était douce, qui était complice et toujours là avec un beau sourire. Je n'avais aucune idée qu'elle était joueuse à ce point-là! Quand elle est partie, j'ai été triste longtemps. Chaque fois que je montais les marches, je voyais sa photo j'avais comme [un pincement]. Je n'avais aucune idée! Kim Clavel, je ne savais pas non plus. Ça a été un choc, quand même. Elle joue fort, et on était vraiment proches! J'avais l'impression qu'on s'aimait beaucoup. On passait beaucoup de temps ensemble. Elle s'occupait de moi autant que je m'occupais d'elle. Je pense que c'est encore sincère, mais je ne savais pas qu'elle jouait à ce point-là! On passait beaucoup de temps ensemble, elle me donnait des cours de boxe, c'est elle qui faisait mes contours de cheveux, moi je lui faisais de la bouffe... Donc ça a été surprenant! Surprenant, mais pas choquant, parce que je comprends qu'elle veut gagner. Je sais ce qu'elle essaie de faire pour sa carrière, sa passion. J'ai le même type de but, je travaille beaucoup, je me produis beaucoup. J'ai la même passion pour ce que je fais, on a juste des stratégies différentes. François Lambert, aussi, ça m'a surpris! Parce que lui en rentrant, il disait qu'il voulait changer son image, montrer qu'il était un bon gars, et à l'intérieur il était cool. Mais quand j'ai vu ses moments au confessionnal... j'ai eu l'impression que dès qu'il a mis le pied dans la porte de Big Brother Célébrités, il s'est laissé emporter par le jeu! Lui, il a joué comme un Américain [de Big Brother]. Parce que dans les faits, il était gentil et à l'intérieur, il n'avait pas d'orgueil! Il ne rouspétait pas, il était cool. À part avec Varda Étienne! Il savait que Varda, c'était la personne qui pouvait le faire sortir alors il a tout fait pour qu'elle parte. 

Une fois sorti de l’aventure, ça prend juste du temps l'absorber, le comprendre et le digérer puisqu'à l'intérieur, tu oublies la vraie vie. Ça devient ta vie! Et la vie normale, pour nous, c'est un souvenir lointain. Avant de rentrer chez nous, j'étais anxieux! C'est un souvenir lointain! Je ne savais pas si je devais sortir ma clé ou cogner! » 

J'ai eu des surprises totales! Totales! Laurence Bareil, j'ai été méga surpris de voir à quel point elle jouait. Je n'avais aucune idée!

Ton but premier était de ne pas être éliminé la première semaine... et tu t'es rendu dans le top 5 de Big Brother Célébrités! Pensais-tu te rendre aussi loin?

« Non! J'y allais au jour le jour! De prime abord, je me disais qu'il ne fallait pas partir la première semaine, puis je me suis donné comme but de rester trois semaines, après ça, un mois! Puis une fois rendu à 6 semaines, je voyais que tout était possible! » 

Étais-tu réellement sans stratégie ou tu jouais le jeu du gars naïf qui ne s'en fait pas trop? 

 « Moi, j'avais écouté la saison 16 et l'analyse que j'en avais faite, c'est qu'il ne fallait jamais paniquer. J'avais vu que tous les joueurs qui paniquaient, leur attitude faisait en sorte qu'ils étaient évincés. J'avais une certaine stratégie au sens où je lisais le jeu quand même facilement. J'étais pas mal tout le temps au courant de ce qui se passe. J'avisais les autres, mais les gens ne me croyaient jamais! Ils ne m'écoutaient pas. Quand je disais à Varda Étienne 'Panique pas, parce que François Lambert, tout ce qu'il veut c'est te faire pogner les nerfs pour que tout le monde veule te sortir!' Je lisais le jeu, ça me prenait 5 minutes. Les gens parlaient de stratégie pendant une journée pour en venir au même résultat que moi. J'ai réalisé, en voyant les épisodes, pourquoi les gens ne me croyaient jamais. Parce qu'il y avait des sous-alliances! C'était simple parce que les gens n'étaient jamais objectifs et toujours subjectifs. C'était quand même assez facile les premières semaines, parce qu'il y avait toujours des conflits, donc le monde se mettait dehors tous seuls! Ils paniquaient, pognaient les nerfs. J'ai été cool, fait des soupers, fait des jokes. 

Des saisons de Big Brother que j'avais vues, ceux qui ont gagné n'ont jamais été patrons, ou très rarement. Parce que tu ne te crées pas d'ennemis! Alors j'avais les mains propres! »

Pas d’ennemi, et beaucoup d’amis : toutes les célébrités ont semblé avoir eu un gros coup de coeur pour toi! Qui as-tu hâte de revoir après l’aventure?

« Il y a Jean-Thomas Jobin! Je n'ai pas beaucoup dormi hier, je me suis levé à 5h du matin, et c'est bizarre qu'il ne soit pas là! À partir du moment que Jean-François Guevremont, alias Rita Baga, a été éliminé, je n'ai pas lâché Jean-Thomas! Tu sais, comme deux enfants, le petit frère qui gosse tout le temps son grand frère et qui le suit partout! Eh bien, j'étais le petit frère pour Jean-Thomas! Je faisais des blagues, il riait, donc je continuais, je ne le lâchais pas! Je l'espionnais en blague, je pouvais faire ça toute la journée! Ça a été un sketch qui a duré deux mois! »

Penses-tu qu'il se rendra en finale? 

« C'est tellement dur à dire! Ça va dépendre des épreuves et il va falloir qu'il les gagne! Parce que je pense qu'il est le prochain à être évincé, je pense qu'il est sur la liste. Il va falloir qu'il gagne le veto, ça va être une grosse job. Au début, je croyais que Jean-Thomas et Kim étaient proches et j'ai vu vers la fin que j'avais mal analysé. Kim pensait plus comme François, et ça les a éloignés de Jean-Thomas. Et François, il a bien travaillé pour isoler Kim. Pour la distancer de Jean-Thomas. Vers la fin, pour moi, c'était de plus en plus difficile de passer du temps avec Kim! Il fallait que je calcule! Les seuls moments que je pouvais être tout seul avec elle, c'était pendant le cours de boxe. Sinon, c'était louche! François venait tout de suite. 

[...] Je le disais au début à l'alliance des Pennes : François, c'est le maître des marionnettes! Tout le monde disait que c'était Jean-Thomas le cerveau, moi je pense que c'est François! Il a toujours laissé les gens faire le sale boulot, lui il était à l'arrière. C'est Emmanuel qui a sorti Jean-François... Et François a été patron la semaine qu'Emmanuel voulait s'en aller! Donc il n'a pas de sang sur les mains, jamais! »

Pendant Big Brother Célébrités, on t’a vu en parallèle à Roast Battle : que le meilleur gagne à Z ! Quels sont tes autres projets à venir? 

« Avant la pandémie, pour moi, c'était les tournées de spectacles! C'était de l'humour et des tournages! Là, c'est à voir comme on est encore dans la pandémie. C'est des petites gigs de tournages à droite et à gauche. J'ai hâte de faire du stand-up! Ça va être de voir quelle est la situation avec les salles, la diffusion, le booking... En premier lieu, j'ai hâte de recommencer à faire des Open Mic, me remettre mon show en bouche. J'ai pensé à de nouvelles affaires, j'ai pris des notes. J'ai mon one-man show Blagueur, mais j'ai au moins une bonne demi-heure de nouveau stock que je veux tester avec le public! J'ai hâte, ça me démange! »

En terminant, sur une autre note, comment es-tu atterri dans le vidéoclip du succès planétaire Titanium de la chanteuse Sia avec David Guetta?

« C'est un drôle de concours de circonstances! Je pense qu'ils ont passé des auditions pour les rôles. Le personnage principal est un jeune enfant américain et le réalisateur David Wilson vient d'Angleterre. Donc, la veille du tournage, celui qui devait jouer mon rôle s'est désisté. La productrice a convaincu le réalisateur de me prendre en lui montrant ma photo de profil Facebook! C'était en décembre, juste après le Movember, j'avais une sacrée grosse moustache. Je vais sur le plateau, ça va bien et c'est cool, et sur le moment, le réalisateur a décidé de m'ajouter des scènes! C'était vraiment cool, surtout les scènes où on criait. À la fin, le réalisateur me dit 'Je vais te crier des affaires, tout ce que je crie, crie-le plus fort!' Ça a vraiment bien marché! C'était super cool, on était dans le bois la nuit à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. C'était vraiment une super belle soirée, c'était l'fun! »

On vous invite à suivre Richardson Zéphir sur Instagram!